La Bataille d'Urfa

La légende des Paladins et des Prophéties oubliées
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» [Chronique] Les sentiers de la Paternité..
Dim 24 Mai - 20:23 par Narrateur

» Chapître I : Genèse
Dim 15 Juin - 20:04 par Narrateur

» Les Sentiers de l'Héritage
Jeu 15 Mai - 5:11 par Narrateur

» Bile, Cornes & Acier..
Mer 11 Juil - 19:19 par Narrateur

» Tranches de vies et tranches de lard..
Mer 11 Juil - 19:17 par Narrateur

» Chapitre II : La voie des armes
Mer 11 Juil - 19:16 par Narrateur

» Chapître I : Deux frères
Mer 11 Juil - 19:15 par Narrateur

» Les Sentiers de la Vie..
Mer 11 Juil - 19:12 par Narrateur

» Les Sentiers de la Spiritualité..
Mer 11 Juil - 19:05 par Narrateur

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Découvrez la playlist DedeRock avec Ours (2)

Partagez | 
 

 Entretiens avec la Mort...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Narrateur

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Limbes

MessageSujet: Entretiens avec la Mort...   Mar 3 Jan - 14:36

La Nuit a recouvert les terres de son voile de ténèbres. Seule au beau milieu de l’obscurité, une flamme danse sur une chandelle. Timide, faible mais insolente, elle illumine partiellement la pièce dans laquelle est assis un homme. Les ombres et la lumière jouent sur son visage au gré de la danse de la flamme en un curieux ballet. Celle ci continue d'apporter lumière et chaleur en ces lieux, comme une offense aux ténèbres glacées. Mais elle n'apporte aucune chaleur, aucun réconfort dans le coeur de l'homme.

Il passait parfois des nuits entières assis dans un fauteuil à réfléchir, à méditer... À souffrir. Il restait seul ainsi avec ses tourments et sa douleur. Mais depuis deux nuits il n'était plus seul. Il avait senti une présence, une aura, quelquechose d'inquiétant et mystérieux, mais aussi de familier...
Quand la solitude atteignait son paroxysme, quand les ténèbres devenaient ses seules compagnes alors il la sentait. La pièce devenait soudain plus froide que jamais, et une brise légère et glaciale parcourait la salle, comme un funeste murmure. Une Ombre se déplaçait au milieu des autres ombres, silencieuse, invisible et menaçante. Une Ombre qu'il connaît bien, que chacun connaît sans le savoir… Celle qui nous accompagne à chaque instant de notre vie, celle qui marche derrière nous, celle qui nous recueille à la fin. Peu importe qui l'on est ou a été, elle a toujours ouvert ses bras glacés pour recueillir ceux qui viennent à elle et les accueillera toujours. Et elle venait depuis peu lui rendre visite. Il la sentait, la devinait, cachée dans l'ombre à l'abri de la lueur de la chandelle, elle l'observait. Peu être était il un objet de curiosité pour elle, lui revenu d'entre les morts, lui qui il y a de cela fort longtemps fut recueilli entre ses bras. Sans doute l'une des rares créatures ayant déjà visité ce que l'on nomme l'au delà et encore vivante.

Et le temps passait ainsi, tous deux retranchés dans leurs quartiers respectifs, lui dans la lumière, elle parmi les ombres, à s'observer. Elle ne parla jamais, peut être qu'elle ne pouvait communiquer ou bien son langage était trop complexe pour la perception d'un simple homme. Mais il était persuadé qu'elle communiquait, parfois il ressentait de violentes brises si glaciales qu'elles semblaient lui mordre les os et la chair et d'autres fois un souffle léger et doux.. Il ne parla pas non plus, laissant ses pensées le faire pour lui..
"Viens tu pour me prendre à nouveau ?" se disait il.

Et un pâle murmure accompagné d'un léger courant d'air tiède vint frôler sa peau, doux, apaisant... Alors pourquoi venait elle ? Qui sait mis à part elle sans doute... Mais peu importe, elle venait lui tenir compagnie. Elle fut et restera sans doute sa plus fidèle compagne, bien plus fidèle que sa propre épouse qu'il chérit encore comme au premier jour. Car à chaque pas, elle était là, vigilante, prête à l'accueillir de nouveau. Même au coeur des pires batailles qu'il eut à mener, il la sentait derrière lui, mais jamais il n'osa regarder par dessus son épaule de peur de la suivre, mais il savait qu'elle était là. La Mort est la promise du Guerrier comme le disait un proverbe de son ancien pays. Cela est vrai, hélas. Certains se sont débattus, ont fuit pour lui échapper mais tous furent rattrapés. Il n'y en a un qu’un, un seul qui s'échappa de ses griffes glacées et avides : lui…
"Je suis revenu d'entre les morts je t'ai échappé et j'ai rajeuni..."

Et soudain une brise se leva et devint plus forte, encore et encore, soulevant quelques feuilles de papier au début pour finir par renverser un vase posé sur la table à la fin. La flamme s'éteignit et les ténèbres prirent intégralement possession de la pièce. Puis peu à peu le froid s’installa, imprégnant chaque parcelle de la salle pour peu à peu se diriger vers l’homme, inquiet mais d'apparence volontairement impassible. Il ne put s'empêcher de frissonner lorsque la brise glaciale vint mordre ses os et sa chair, puis la peur vint poser sa main sur son épaule. Qu'allait il se passer ? Allait il payer le prix de cet affront ? Le fracas du vase brisé réveilla son épouse qui descendît l'escalier et ses pas raisonnèrent dans la maison redevenue silencieuse.

Un dernier souffle se leva et mourut ensuite. Elle était partie, dérangée par l'arrivée de cette femme. Mais peu importe se disait il ... Demain, quand les ténèbres chasseront de nouveau la Lumière tu reviendras, et je serai là, toi ô ma funeste compagne depuis bien des années. Certains te craignent, d’autres te vénèrent ou te servent soit disant, mais pour moi tu es celle qui nous recueille tous un jour ou l’autre, bienveillante, chaleureuse à ta façon mais terriblement jalouse. Tu ne supportes pas qu'on t'échappe ou qu'on te défie, et c'est pour ça que tu reviendras…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lantre.exprimetoi.net
Narrateur

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Limbes

MessageSujet: Re: Entretiens avec la Mort...   Mar 3 Jan - 14:36

Une journée passa, et comme chaque jour depuis que le monde est, vint le moment fatidique où jour et nuit se mêlent, où l'ombre surgit de l'abîme et ses ténèbres assiègent l'astre lumineux qui bat en retraite pour mieux prendre sa revanche à l'aurore. Ce rituel aussi vieux que le monde, aussi vieux que la Vie…
Il avait repris son poste de la veille, sur son fauteuil, fumant dans une pipe en bois. Sa femme fatiguée l'embrassa avant de monter se coucher mais intriguée lui demanda ce qu'il faisait ici seul à ne rien faire.
"J'attends quelqu'un " lui dit il aussi énigmatique qu'à son habitude…

Elle haussa les épaules puis l'embrassa de nouveau avant de partir, le laissant seul dans la pièce éclairée d'aucune lumière. Il continua de fumer paisiblement dans l’ombre, patient, presque immobile ; il l'attendait. Si bien qu'au cours de la nuit…
La pièce devint glacée, et une brise soufflait doucement dans la pièce, comme un courant d’air, mais toutes les fenêtres étaient fermées. Il sourit légèrement. Elle était revenue. Il la sentait dans la pièce, il la sentait rôder parmi les ombres. Il était calme et serein, comme si il ne recevait qu'un invité ou un ami... Bravoure, arrogance ou folie ? Un peu des trois sans doute. Néanmoins, il avait déjà été recueillie par elle il y a bien longtemps, peut être est ce cela qui le rendait serein. Et il fumait paisiblement, pendant qu'elle l’observait, le contemplait, le désirait. Quel était cet homme qui avait pu oser la quitter pour revivre à nouveau ? Et comment ? Pareil affront ne pouvait que l'irriter et des aiguilles gelées vinrent perforer ses chairs…

" Je ne le sais pas plus que toi"
dit il calmement.

Un vent tiède et doux souffla sur le visage du paladin, réconfortant. Celui ci sourit. La Mort serait elle piquée de courtoisie ou de politesse ? pensa t-il. Impertinence qui changea la chaleur en froid, la caresse en morsure, le réconfort en souffrance, si bien qu'il grimaça de douleur et lâcha sa pipe qui tomba sur le sol. Lentement il se pencha et la saisit à nouveau du bois des doigts. Il murmura deux mots dans un dialecte que Uranos use et enseigne souvent et une petite flamme jaillit, rallumant le tabac de sa pipe. Le seul tour qu’il n’ait jamais appris et avec lequel il amusa de longues soirées ses enfants... Mais le bref éclair qui accompagna la naissance de la flamme repoussa un instant les ténèbres qui avaient pris possession de la pièce, et pour son malheur, constitua encore une offense envers Elle…

De nouveau le froid vint mordre sa chair et la légère brise qui soufflait doucement en continue céda la place à un une violente et brève bourrasque. Attention à toi paladin, toi revenu d'entre les morts, ne va défier celle qui recueille depuis toujours les âmes de ceux dont la vie a cessé. La vieille dame est jalouse et possessive, tu lui as échappée jadis et cela, elle ne te le pardonnera sans doute jamais... A chaque instant de ta vie elle marchera derrière toi, guettant le moment propice et jubilatoire où de nouveau elle te prendra. Elle est ta promise...
Le paladin ferma les yeux et déclara sereinement :
"Je le sais .."

Il sourit, elle l'observa encore… Elle tourna autour de lui, invisible et silencieuse, une Ombre parmi les autres ombres… Chaque homme a un jour rendez vous avec elle un jour.. Pour lui ce rendez-vous était arrivé, mais contrairement aux autres humains, celui ci ne marqua pas la fin d'une vie, mais plutôt un recommencement. Sa funeste compagne, sa promise veillerait sur lui jusqu'au dernier jour d'un amour sans fin et sans égal, un désir si ardent qu'elle souhaiterait le faucher ici et maintenant. Mais hélas pour elle, son coeur et son âme n'appartenaient qu’à une seule personne : sa femme ; la mère de ses enfants.. Ô comme elle aurait aimé prendre la vie de cette femme afin de pouvoir le posséder pour elle seule. Un gémissement comparable à aucun autre siffla aux oreilles de l’homme, un son inconnu, semblant aussi vieux que le temps, aussi âgé que la Vie...que la Mort... Une triste et sombre mélopée qui lui déchira le coeur.

Puis le silence ...interminable, pesant et puis…rien, le néant.. Elle était partie. Il se leva péniblement et alla scruter l'horizon à travers une fenêtre... Un flux interminable de questions assaillit son esprit tourmenté… Qui es tu vraiment, toi la grande récolteuse d'âme ? Peux tu vraiment aimer ou alors ne désires tu que ce que tu ne peux obtenir ? Depuis quand existes tu ? Qui peut savoir l'étendu de ce que tu as vu ? Mais je sais désormais que tu marcheras toujours dans mon ombre, toi l'Ombre ancienne, aussi ancienne que la Vie que les hommes et que le temps réunis. La Mort en elle même ne me paraîtra plus si effrayante si horrible, car il y aura toujours une place pour moi au creux de tes bras…
A bientôt donc...ma funeste promise…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lantre.exprimetoi.net
 
Entretiens avec la Mort...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un lien avec la mort ? C'est par ici.
» › qui aime la mort aime la vie.
» Haunui Shuraba
» Un lien avec la mort ? Et pourquoi pas ? ~ Thanatos
» On ne badine pas avec la mort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Bataille d'Urfa :: Les anciennes prophéties :: La rédemption sur Althéa-
Sauter vers: