La Bataille d'Urfa

La légende des Paladins et des Prophéties oubliées
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» [Chronique] Les sentiers de la Paternité..
Dim 24 Mai - 20:23 par Narrateur

» Chapître I : Genèse
Dim 15 Juin - 20:04 par Narrateur

» Les Sentiers de l'Héritage
Jeu 15 Mai - 5:11 par Narrateur

» Bile, Cornes & Acier..
Mer 11 Juil - 19:19 par Narrateur

» Tranches de vies et tranches de lard..
Mer 11 Juil - 19:17 par Narrateur

» Chapitre II : La voie des armes
Mer 11 Juil - 19:16 par Narrateur

» Chapître I : Deux frères
Mer 11 Juil - 19:15 par Narrateur

» Les Sentiers de la Vie..
Mer 11 Juil - 19:12 par Narrateur

» Les Sentiers de la Spiritualité..
Mer 11 Juil - 19:05 par Narrateur

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Découvrez la playlist DedeRock avec Ours (2)

Partagez | 
 

 [Chronique des amants Maudits] : Romance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Narrateur

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Limbes

MessageSujet: [Chronique des amants Maudits] : Romance   Dim 15 Avr - 20:59

Ceci est l'histoire de deux jeunes êtres qui sans le savoir, sans peut être même le vouloir tombèrent malades. Malades de la douce et impitoyable maladie d'amour. Ils étaient jeunes, ils étaient beaux et encore naïfs, insouciants, et presque innocents.

Il était un jeune apprenti combattant, chargé de garder un pont, une mission de protecteur mais cette responsabilité lui avait été confiée et il refusait que Kern jubile en voyant faillir un combattant. Elle, était une guerrière sensiblement plus jeune, fraîche et candide, et pour une raison qu’elle seule connaît, elle resta avec lui, lui tenant compagnie. Au fil du temps et des discussion un lien se tissa entre eux, tacite, invisible mais bien réel ; une graine…

Puis cette graine donna quelques jours plus tard des fruits , un baiser , le premier du jeune combattant, fut échangé , long et doux, si envoûtant qu'il ne l'oublia jamais . Sensations nouvelles et douces que cette sensuelle volupté que l'on ressent lorsqu'on prend dans ses bras celle qui fait depuis peu battre votre cœur, impression de bonheur intense et parfait ,de sécurité infinie..

Mais le destin s'insinua dans cette douce et naïve romance qui débutait. Elle était bien jeune cette douce et charmante jeune fille qu'il aimait, mais loin d'être mûre, elle succomba au charme d'un bellâtre pendant que son aimé était parti quelques temps. A son retour elle retourna dans ses bras, sans lui avouer, sachant que ça lui briserait sans doute le cœur, cœur qui était alors encore vierge de tout dépit amoureux. Cet homme, ce rival était un de ses meilleurs amis, combattant tout comme lui, séducteur réputé et redoutable. Et, un soir il surprit un baiser entre eux, un baiser entre deux amoureux, un baiser qui porta le premier coup à ce cœur désormais meurtri.

Cette douleur, inconnue et inattendue lui fit presque perdre la raison.. Il avait combattu maintes fois, mais aucune blessure ne lui fit jamais aussi mal, aucune médecine ne le soulagerait de cette souffrance plus tenace qu'une malédiction. Mais pendant ce temps, le cœur de la belle était lui aussi lacéré entre ces deux hommes, ne sachant pas lequel choisir. Tous trois pris au piège du doute et du dépit amoureux, ils s'enfoncèrent encore d'avantage dans cette spirale de tourmente. Mais le jeune combattant, la mort dans l'âme se retira de cette "compétition», préférant la laisser choisir que l'influencer et peut être de détruire ces liens fraternels au sein de la caste. Et elle choisit son autre amant. Et lui réapprit à vivre sans amour, mais cette fois ci contrairement au reste de sa vie, il savait ce qu'il perdait, c’est bien ça le pire…





Le temps et les mois s'écoulèrent, et ces orfèvres miraculeux peu à peu recollèrent les morceaux jadis brisés. Oh bien sur son cœur se serrait quand il les voyait ensemble, il avait encore le goût amer de la trahison qui revenait périodiquement, mais il avait appris à vivre avec, et à survivre sans elle. La vie semblait moins colorée, moins savoureuse, mais il fallait vivre avec et ne pas renoncer, ne pas sombrer. Et chacun fit sa vie, chacun de son côté ou presque.

Mais il est certaines blessures qui ne se referment jamais totalement et qui ne demandent qu'à être rouvertes. Ainsi quelques mois plus tard il s'avéra qu'elle quitta cet homme trop absent à son goût. Ils se quittèrent sur un violent incident où l'homme refusant d'obéir à un ordre fut chassé de la cité des Combattants, et où sa compagne dût l'attaquer. Cela lui causa grand mal. Son regard devint dès ce jour froid et vide d’émotions, glacial et parfois impitoyable. Elle commençait à renoncer à l'amour...comme lui.. Son cœur s'était rouvert sous les assauts d'une jeune femme qui tenta de le séduire, elle ne réussi qu'à lui redonner envie d’aimer, ce n'est peur être pas grand chose pour certains, mais si énorme pourtant..

Il fut confronté à deux choix... Choisir d'abord s'il devait ouvrir son cœur à nouveau, se risquer à ce sentiment et souffrir éventuellement, ou non. Et choisir laquelle aimer.. Il n'avait jamais oublié son premier amour, la seule et l'unique qu'il avait aimée, mais il avait peur qu'elle le trahisse encore une fois.. Et puis il y avait cette autre aspirante, fraîche, chiante et insouciante; charmante. Il fut longtemps tiraillé, comme elle le fut jadis et finalement il prit une décision, la mort dans l'âme. Il renonça à l’amour, à tout ce qu'elles auraient pu lui apporter, il renonça à tout ça pour préserver les liens au sein de la caste ...au détriment de son bonheur à lui.

Peu de temps après elle partit loin en mission et ils se dirent une nouvelle fois adieu, se déclarant leur amour, mais sans oser franchir la mince frontière qui faisait encore d'eux des amis, des amants maudits. Le temps parut long et ennuyeux sans elle et son cœur jour après jour lui suppliait qu'il le laisse aimer, cette horrible complainte qui le rongeait comme la peste. Et puis il y avait cette autre jeune femme, toujours aussi proche de lui avec son caractère bien à elle, et dans un moment de faiblesse il succomba à ses charmes qui lui semblaient offerts, mais celle ci s'éloigna de lui..pour rejoindre une autre femme.. Cruelle désillusion et déchéance que de se voir priver d'espoir alors que justement il se surprenait a vouloir espérer.. Et le destin, machiavélique comme à son habitude fit entrer son meilleur atout, son premier amour revint de voyage, au bras d'un homme..

Elle le regarda, peinée pour lui, pour ce qu'il devait ressentir, et au fond d'elle brûlait encore la flamme de cet amour de jadis, de cette passion innocente et douce, mais elle ne céda pas. Elle avait mûri, elle avait grandi et avait juré de ne plus trahir, de ne plus jamais tromper. Elle se le promit à elle, et à lui aussi. Et lui, en retour lui promit de ne plus jamais aimé que elle, elle seule, à jamais. Et il attendit...






Et l'attente fut longe, très longue, comme une damnation. L'imaginer dans les bras d'un autre, l'imaginer se donner corps et âme à un autre homme, les imaginer seuls dans leurs draps, cela lui en donnait la nausée et le rongeait de l'intérieur.. Chaque fois qu'ils se croisaient, qu’ils se parlaient son cœur se serrait comme au premier jour, mais il n'avait pas le droit de faire subir à un autre ce qui l'avait anéanti jadis, et elle non plus n'avait pas le droit, ils l'avaient tous les deux promis.

Quel supplice raffiné que de ne pouvoir prendre ce que l'on désire, et que l’objet du désir est justement consentant et à portée de main. Quoi de pire que de ne pouvoir aimer celle qui vous aime en retour… ? Rien..il n'y a rien de pire que d'en être privé , car au delà de la frustration , il y a la souffrance et le désespoir..

Mais un apprenti sage avait un jour déclaré qu'après la puis venait le beau temps, chose pas toujours vraie, surtout à Dungard, néanmoins ici la roue tourna. Cet homme pris par ses missions, ses aventures la négligèrent, la laissant maintes fois seule, abandonnée, négligée. Elle allait trouver refuge auprès de son ancien amour mais sans jamais aller plus loin que leur promesse leur interdisait. Mais un jour, alors qu'ils avaient discuté en tête à tête toute la nuit, il s'approcha d’elle, posa la tête contre son épaule, et prononça les mots interdits ; Je t'aime..

Le serment fut tenu tant bien que mal, malgré ces mots tabous qu'il avait osé prononcé pour eux deux, ils ne cédèrent pas à la tentation. Ils avaient appris à vivre ainsi, peut être résignés à souffrir..ou peut être avait ils perdu tout espoir ,qui sait..Et puis un jour, alors que Griff connaissait encore des troubles et qu'ils s'y étaient rendus en mission, elle l'attira un moment à l'écart et avec un sourire malicieux l'embrassa par surprise.. Un doux et long baiser presque irréel, si attendu et si imprévisible.. Il avait presque oublié la douceur de ses lèvres, l'odeur de sa peau et cette douce chaleur. Mais il se retira pensant à la promesse qu’il avait fait. Seulement cette fois ci elle était libérée de son serment l'homme, s'en était allé, et la laissait libre d’aimer, de l'aimer lui.

Alors pour la première fois depuis longtemps, trop longtemps ils marchèrent cote à cote, main dans la main, libres de s'aimer. Ils étaient enfin réunis et son regard froid et vide d'émotion montrait par moments, trop rares , un peu de joie , trop peu diront certains , mais c'était déjà un grand pas en avant vers le bonheur ,et tous deux marchaient vers ce but ,ensembles.





Mais le destin ne leur laissa seulement que quelques jours de paix. Un homme, rédempteur de son état vint la trouver alors qu'ils étaient ensembles et l'avertit que son père la recherchait et qu'ainsi elle mettait tout le monde en danger. Étrange comme le passé ressurgit toujours lorsqu'on s'y attend le moins, lorsque cela fait le plus mal. Ils avaient juste commencé à être heureux à y prendre goût qu'il fallut qu'ils soient à nouveau séparés. Elle partit, pour survivre et épargner des innocents.

Il en maudit le monde et le destin qui semblait se lier contre eux, contre leur amour. Voilà qu'à peine retrouvée il la perdait encore une fois. Certes cette fois si c'était un peu différent mais il enrageait de se sentir si impuissant si désarmé face aux évènements. Et ,même s'il ne se l'avoua pas ,il avait peur ,très peur , à en avoir les tripes qui se nouent ,une terreur sournoise qui le hantait chaque nuit ; la perdre encore une fois.. C'est comme si on lui arrachait le cœur à mains nues..

Et il resta plusieurs jours, seul, sans nouvelles, ruminant dans son coin. Et puis vint un messager qui lui tendit une missive, apparemment un de ses pigeons avait rapporté une lettre qui lui était destinée. Quelle stupeur de remarquer par qui elle avait été écrite, son amour.. Il s'empressa d'y répondre priant pour obtenir rapidement une réponse, un signe, n’importe quoi. Et il attendit, se faisant un sang d'encre heures après heures jusqu'à ce que finalement il obtienne réponse. Mince soulagement, mais c'était déjà une bénédiction de pouvoir communiquer avec elle, même si cela prenait du temps. Alors il parvint à lui faire passer un cristal de communication afin de pouvoir la contacter, lui parler un peu plus. Si bien qu'une nuit, alors qu'ils discutaient depuis déjà longtemps, il lui demanda de l'épouser ainsi, au diable la tradition il le fit devant ce cristal, en mettant tout de même genou à terre.

Malgré le destin, la mort et l'ombre de la Fatalité qui planait au dessus d'eux, ils s'étaient fait sous les étoiles cette promesse, ce serment d'amour éternel. Mais pour le moment ils étaient toujours séparés, loin de l'autre et en danger. Car l’ennemi n'était autre que le beau père, une ordure de Fataliste aussi vil que puissant, dirigeant une secte désormais aux trousses de sa fille. Elle devait éviter les villes, se méfier de quiconque à part son entraîneur rédempteur qui l'avait emmené loin de toute cité en espérant qu'aucun espion ne les suivait. Elle souffrait autant que lui de cette distance de cette absence, elle aurait tout donné pour se blottir dans ses bras à nouveau.

Alors, tandis que la nature ne s'était pas encore éveillée, ils se rejoignirent sur une plage n'en pouvant plus d'être loin et d'être seuls. Ils se retrouvèrent tous deux, enfin et s'enlacèrent longuement, intimement pour la première fois. Mais le temps passe bien vite lorsqu'on touche le bonheur du doigt et bientôt il leur fallut à nouveau se quitter et se dire au revoir, refusant le mot adieu. Et tout de suite après son départ, il se sentit à nouveau seul, presque abandonné, incomplet.. Mais c'était ainsi, des vies en dépendaient, bien qu'il aurait tout donné pour pouvoir faire quelque chose, tout sauf attendre impuissant…

Jusqu'au jour ou bien que la menace fût loin d'être écartée, elle revint vers la civilisation, vers lui. Elle avait pris ce risque, par amour. Ils savaient tous les deux qu'ils étaient en danger, mais après tout n'étaient ils pas combattants ? Alors le danger faisait déjà partie de leur vie auparavant, c'est ce qu'ils se dirent pour relativiser. L'ombre du malheurs rôdait toujours au dessus de leur couple, prête à tout instant à frapper, à tenter encore de les séparer, mais peu importe. La vie leur avait joué beaucoup de tours, elle leur en jouerait sans doute encore, mais ils avaient décidé d'affronter l'avenir à deux, ensembles. Ils ne savent pas de quoi demain sera fait, ils savent que demain ils s’aimeront, contre vents et marées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lantre.exprimetoi.net
 
[Chronique des amants Maudits] : Romance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Au plus profond de la nuit se retrouvent les amants maudits. [Fletcher Salir/Aël T. Demareck]
» La Geste des Trois Amants
» Les amants de papier
» Le jardin des amants...
» Les amants éloignés.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Bataille d'Urfa :: Les anciennes prophéties :: Ma Croisade-
Sauter vers: