La Bataille d'Urfa

La légende des Paladins et des Prophéties oubliées
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» [Chronique] Les sentiers de la Paternité..
Dim 24 Mai - 20:23 par Narrateur

» Chapître I : Genèse
Dim 15 Juin - 20:04 par Narrateur

» Les Sentiers de l'Héritage
Jeu 15 Mai - 5:11 par Narrateur

» Bile, Cornes & Acier..
Mer 11 Juil - 19:19 par Narrateur

» Tranches de vies et tranches de lard..
Mer 11 Juil - 19:17 par Narrateur

» Chapitre II : La voie des armes
Mer 11 Juil - 19:16 par Narrateur

» Chapître I : Deux frères
Mer 11 Juil - 19:15 par Narrateur

» Les Sentiers de la Vie..
Mer 11 Juil - 19:12 par Narrateur

» Les Sentiers de la Spiritualité..
Mer 11 Juil - 19:05 par Narrateur

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Découvrez la playlist DedeRock avec Ours (2)

Partagez | 
 

 La Voie du Guerrier..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Narrateur

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Limbes

MessageSujet: La Voie du Guerrier..   Dim 15 Avr - 21:26

La majeure partie des lumières était désormais éteinte, seuls quelques gardes patrouillaient encore dans la cité devenue fugacement paisible, comme jadis… L’obscurité était douce cette nuit là, et le ciel suffisamment clair pour qu’on puisse pour une fois distinguer les étoiles. Mais en baissant à nouveau les yeux la réalité reprenait immédiatement ses droits en imposant le spectacle désormais immuable d’Ascalon en ruines. Pourtant, il fut un temps où tout était différent. Les mares de vases étaient autrefois des rivières où coulait une eau bleue azure, le sol cendré et stérile était verdoyant et fertile. On entendait encore des rires et des chants... C’étaient les jours lointains d’avant la Fournaise, si paisibles aux yeux de celui qui manqua jadis de devenir Moine…

Adossé au muret délabré de ce qui était sans doute jadis une fontaine ouvragée, un guerrier entretenait sa lame. Celle-ci était maculée de sang épais et séché, du sang de Charrs ; ces créatures responsables des tourments qui se sont abattus sur le royaume. Ainsi était devenu le quotidien, sans cesse se battre pour survivre un jour de plus contre les assauts répétés et inlassables de ces bêtes sauvages. Se battre pour avoir le droit de vivre, pour protéger la population sans défense… Lui qui il y a seulement deux années se vouait à soigner, il était devenu celui qui blesse. Les enseignements de Dwayna lui semblèrent bien lointains en ces temps funestes. Mais avait-il réellement eu le choix ? Quand l’ennemi chargea sauvagement ne faisant aucun prisonnier il n’eut d’autre choix que de se saisir d’une épée et de s’en servir pour survivre... C’est ainsi que le moine devînt un guerrier féroce, bien malgré lui au fond…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lantre.exprimetoi.net
Narrateur

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Limbes

MessageSujet: Re: La Voie du Guerrier..   Dim 15 Avr - 21:26

Vestiges de Rin...



Le sang Ascalonien se répandait une fois de plus sur cette terre devenue maudite. Les quelques survivants étaient acculés aux ruines de ce qui fut jadis une cité prospère tandis que leurs bourreaux s’avançaient griffes et crocs en avant. Autour tout n’était que carnage et flammes ardentes, à l’image de ces bêtes. C’était folie d’avoir voulu aider ces mages retenus prisonniers. Mais quels Ascaloniens dignes de ce nom auraient laissé leurs frères à ce funeste sort ? Et, n’était-ce pas un signe de la part des Dieux de trouver par hasard ces hommes ? C’est par fraternité qu’ils décidèrent d’attaquer la position Charr, et c’est par fraternité qu’ils allaient probablement mourir eux aussi, comme tant d’autres avant eux.

Toutefois, refusant de rejoindre les Brumes sans combattre le groupuscule d’humains prit position et brandit acier et magie. La furie des Charrs en fut exacerbée, probablement en même temps que leur appétit féroce. C’est ainsi qu’ils s’apprêtèrent à quitter ce monde en martyrs anonymes. Parmi eux se trouvait celui qui fut jadis Moine. L’ennemi approchait lentement, le pas triomphant. Dans les rangs humains, on priait.. Dans les rangs humains on implorait secrètement un miracle ou une fin moins atroce.. Dans les rangs humains, on avait peur.. Mais dans les rangs humains… on était prêt à faire face et à mourir libres, en Ascaloniens…

Et une goutte d’eau, discrète et inaperçue, s’écrasa sur le sol cendreux. Puis une deuxième.. et encore une, et enfin des myriades... De la pluie, bientôt accompagnée par quelques coups de tonnerre s’abattit sur le champ de bataille. En quelques instants ce fut un déluge qui se déchaîna, déstabilisant complètement les rangs adverses, allant même jusqu’à tuer leurs maudits feux. En revanche, cela eut pour effet d’embraser le moral des troupes humaines. Les rangs éclatèrent aussi violemment que l’écume qui se brise sur un rocher par une mer démontée. Chaque homme et chaque femme présents, du plus jeune au plus vieux, du mourant à l’infirme, chacun se rua sauvagement sur les Charrs avec une hargne digne de ces bêtes sauvages. Ce fut une véritable marée humaine qui se déchaîna contre ses bourreaux. Les Charrs étaient bien plus nombreux, mais qu’importe la ruine et la mort, les Ascaloniens étaient décidés à reprendre leur dû, leur terre. Les pertes humaines étaient catastrophiques malgré leur nouvelle énergie. La plupart des combattants étaient séparés en petits groupes isolés et encerclés de toute part.

Dans cette ruée, un guerrier tentait de sauver sa peau et celle de ses compagnons. Il voyait impuissant ses camarades tomber un à un sous les assauts Charrs. L’un d’eux fut mis à terre juste devant lui, gravement blessé par un coup de hache. La bête s’apprêtait désormais à l’achever à un mètre de lui. C’est alors que le regard du futur défunt croisa celui du guerrier… et que quelque chose fut réveillé. Nul ne put prétendre savoir ce qui réellement arriva à part peut-être lui, et encore… Car pendant un instant fugace, une voix tonna et s’éleva au dessus du carnage et du fracas des combats. Et quand elle disparut aussi vite qu’elle était apparue, l’ennemi vit avec stupeur les blessés et les mourants se relever et les pourfendre…

Et puis un cri s’éleva du haut de la colline. Des renforts. L’armée ennemie venait de se retrouver prise en tenailles par un retournement de situation inespéré. La charge alliée, menée par le Prince Rurik en personne déferla sur l’arrière garde adverse comme un raz de marée d’acier et de magie, semant la mort et la confusion. Bientôt le sang Charr rejoignit le sang humain sur le sol ravagé. La victoire revint cette fois ci aux Ascaloniens qui clamèrent bien haut leur joie et leurs remerciements à Balthazar. Par chance le Prince avait trouvé un puissant artefact magique qui s’était révélé décisif lors de la bataille, et grâce auquel il avait pu créer une diversion suffisamment importante pour permettre aux prisonniers de se rebeller. C’est alors qu’un son de cor retentit et annonça la venue du monarque d’Ascalon. Peu eurent la chance d’écouter le dialogue entre le père et le fils, mais à la fin le Prince fut forcé de quitter le royaume sur ordre du Roi.

C’est alors que le Prince exhorta les survivants présents à quitter cette terre maudite et à partir jusqu’en Kryte pour rebâtir une nation forte et puissante, à l’abri. Certains suivirent sa bannière, parmi eux cet étrange guerrier visiblement très fatigué. Il regarda alors les ruines du pays qu’il avait connu et qui l’avait vu naître. Nul parent ou proche ne se présentait désormais, ses racines avaient été consumées pendant la Fournaise. Il ne restait plus qu’en héritage de lointains souvenirs, et cette terre hostile et désolée avec une promesse de mort certaine. Les Ascaloniens n’étaient plus chez eux ici désormais.
Alors, le guerrier tourna les talons et suivit les réfugiés vers les Cimes Froides… Après quelques pas il se retourna vers sa patrie quelques instants, puis lui dit adieu…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lantre.exprimetoi.net
Narrateur

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Limbes

MessageSujet: Re: La Voie du Guerrier..   Dim 15 Avr - 21:30

Carnet de route de Gengis pour la Guilde.
Royaume de Kryte, mission d'observation et de renseignements pour le compte de la Lame Brillante.

Premier jour.

Des messagers sont arrivés tôt ce matin au port de l'Arche du Lion. Les sentinelles semblaient affolées et sur leurs gardes, ce qui a bien entendu rameuter les sbires du Blanc Manteau qui en ont profité pour exhorter les foules à leur cause. Le comité d'accueil s'est montré bien rude avec les occupants du navire, mais après pour-parlers ceux-ci viendraient paraît-il d'une terre éloignée où règne une guerre meurtrière qui plonge leurs terres dans le Chaos. A croire qu'eux non plus n'échappent pas à la folie qui règne dans ce monde…




Second jour.

Un deuxième navire est arrivé à l'Arche, reçu de la même façon que le précédent. Eux aussi semblent provenir de cette terre d'après ce que j' ai pu entendre. Le plus étrange, c'est qu'ils ont failli s'entretuer avec les autres arrivants quand il se sont vus. Apparemment voilà les deux forces qui se font la guerre...
Le plus triste c'est que j'ai vu bon nombre d'aventuriers s'embarquer dans un camp ou dans l'autre, abandonnant cette terre qui manque cruellement de héros et d'hommes forts. Voilà qui va ravir les fanatiques du blanc manteau j'ai bien peur..



Troisième jour.

Un évènement des plus surprenant est arrivé, j'ai enfin réussi à remonter la trace de Drelnas, je l'ai même aperçu avant qu'il n'embarque vers cette terre qu'ils appellent Cantha. Je n'ai pas pu lui mettre la main dessus à cause des gardes et des nombreux adeptes du blanc manteau qui circulent en ville... Son bateau est déjà reparti vers ces terres, l'autre bateau lui est resté à quais. J'hésite...si près du but.…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lantre.exprimetoi.net
Narrateur

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Limbes

MessageSujet: Re: La Voie du Guerrier..   Dim 15 Avr - 21:30

Dès lors qu’il a levé les yeux sur le monde, l’homme n’a cessé d’en apprivoiser les secrets, d’en découvrir et maîtriser chaque parcelle. Mais si un à un les domaines qu’il foulait tombaient sous son joug, il restait toujours et encore un territoire qui lui résistait, comme une quête sans fin. Tels des insectes se ruant à la lueur d’une torche, fascinés et terrifiés par l’inconnu.. Nul ne sait si la paternité en revient au destin, aux dieux ou bien simplement au cœur des hommes, qui les conduit depuis la nuit des temps à sans relâche rechercher ce qu’ils n’ont pas, à aller au bout de leurs rêves.

C’est une cruelle fatalité que d’être né humain et posséder ce cœur unique capable de tant de beauté et de laideur à la fois. Ce cœur qui désespérément a besoin de croire en quelque chose, l’aspiration d’une vie meilleure ; douce chimère qui permet pourtant a tant d’entre nous d’affronter la vie tel un mensonge salvateur. A la fois source d’une grande force et faiblesse ô combien aisée à exploiter les rêves ont toutefois réussi à transformer le monde. Le progrès, les valeurs, les idéaux, les terres nourricières mais aussi la guerre, l’ambition, la souffrance..

Mais les rêves parfois sont cruels, autant que ceux qui les créent. Combien sont partis sans jamais revenir ? Combien de familles, de frères, de pères et de sœurs sont partis en quête de chimères… Qu’en est-il de ces innombrables innocents broyés en étau par les rêves de leurs seigneurs, morts anonymes sacrifiés par une Histoire préférant retenir les aristocrates ?
Combien même ont pu ne serait-ce qu’entre apercevoir leur but ou au mieux réaliser que le primordial n’est pas l’objectif mais le chemin ? Trop peu affirment les sages les plus optimistes préservant ainsi les illusions des plus naïfs.

Peut-être qu’en fait, il est parfois plus sage de laisser les rêves tels qu’ils sont, juste des rêves Mais c’est un lourd tribu à payer, de renoncer à ce qui fait de nous des humains. Et si par aventure un dieu venait à me proposer de vivre sous la forme de mon choix… je resterai homme, pour rêver encore une fois…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lantre.exprimetoi.net
Narrateur

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Limbes

MessageSujet: Re: La Voie du Guerrier..   Dim 15 Avr - 21:31

Carnet de route de Gengis
Suite de l'observation à l'Arche du Lion depuis l'arrivée des deux factions de Cantha.


Cinquième jour.
De plus en plus de gens s'embarquent vers le nouveau continent. J'ai vu des armateurs faire fortune plus vite qu'en une vie de labeur ces derniers temps. Et il en vient de partout, tous persuadés d'une terre plus riche et moins hostile, tous aveuglés par les promesses de chacune de ces deux nations qui s'entretuent. J'espère que quelque part ils ont raison, mais je crains qu'ils ne quittent un monde de chaos pour un autre...



Sixième jour.
Malgré mes protestations, beaucoup des membres de la Guilde qui n'étaient pas en mission se sont embarqués pour explorer ce continent inconnu. A vrai dire, presque tous, même Azan... Je suis resté pour ma part, estimant que mon travail ici n'est pas achevé et... j 'ai déjà dû abandonner ma terre, mon cher Ascalon aujourd’hui en ruines. Partir me laisserait un sentiment d'inachevé, d'inaccompli voir de lâcheté.
Aujourd'hui est un jour funeste, j'espère revoir un jour mes compagnons, mes amis..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lantre.exprimetoi.net
Narrateur

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Limbes

MessageSujet: Re: La Voie du Guerrier..   Dim 15 Avr - 21:33

Carnet de route de Gengis
Région de Kryte.
Jour et heure...inconnus

Beaucoup trop étaient partis, compagnons comme alliés. C'était pure folie que vouloir mener cette mission seul. Etait-ce le désir de finir comme beaucoup d'autres en martyr anonyme? Un solitaire reste un solitaire dit-on, et c'est seul que j'ai choisi d'aller porter secours à un groupe d'élus captif du blanc manteau. C'est donc tout seul que je suis tombé dans une embuscade... Au moins il ont été vachement déçu quand ils ont chopé qu'un gros tas comme moi..

Ca fait des jours que j'arpente cette région, j'ai réussi à leur échapper mais sortir de la forêt m'a coûté pas mal de forces.. Je sais qu'ils me pistent, un enfant y arriverait ; je pisse le sang. Enfin à condition qu'une bestiole du coin
ne me dévore pas avant. Mais j'aurais l'air de quoi si je débarque à l'Arche dans cet état? Ils me verront venir à des lieues, il faut que je trouve un coin pour me cacher. Mais il y a personne...

Dans ce coin je ne vois que les Colporteurs, et.. Eos. Ça peut valoir le coup, de toute manière j'ai pas vraiment le choix. Bon sang y a quand même mieux comme visite de courtoisie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lantre.exprimetoi.net
Narrateur

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Limbes

MessageSujet: Re: La Voie du Guerrier..   Dim 15 Avr - 21:37

Carnet de route de Gengis
Île des Colporteurs, sous un ciel étoilé...



Je
ne sais pas quelle heure il peut bien être... Le soleil ne semble pas
prêt de se relever, et il y a probablement déjà longtemps que les
ténèbres l'ont dévoré. Ce ne sont pas mes blessures qui m'arrachent aux
chimères, ni l'appréhension de partir demain pour les terres de Cantha
afin d'y recherche Eos, pourtant je ne trouve plus le chemin des songes
depuis plusieurs nuits...

Une part de moi,
ancienne, refoulée connaît la réponse. Alors je m'efforce de la museler
de l'enfouir encore plus profondément parmi mes souvenirs sinistres.
Mais la douleur est la plus forte, elle se débat en moi comme une
tempête vengeresse et jaillit violemment des tréfonds de mon âme... J’ai
l’impression d’avoir l’esprit cisaillé par ces images et ces sentiments
que j’ai longtemps cherché à oublier, en vain. Je sens ma vision se
troubler et mes jambes s’affaiblir, comme si quelqu’un tirait avec ses
ongles crochus mes blessures à peine refermées…j’ai mal comme jamais
auparavant…ou plutôt comme Avant…

J’ai beau
fermer les yeux, je vois son visage prendre forme dans mon esprit… Je la
revois, si belle si… Avant que je m’en rende compte j’ai déjà frappé de
toutes mes forces la colonne sur laquelle je m’adossais. Peine perdue,
la douleur qui consume mon esprit est plus forte que mes os malmenés. Je
ne veux pas me souvenir de cette période, je veux l’oublier Elle. Dieux
anciens chassez ces souvenirs acérés de mon âme je n’en veux plus... je
veux oublier l’amour…

Mais je n’y arrive point.
Mes souvenirs me reviennent de plein fouet comme une mer déchaînée, ils
se déversent en moi et réveille chaque recoin de mon être que j’avais
scellé. Partez… laissez moi ignorant de cette époque de paix et de
volupté… Pourquoi faut-il que vous veniez me hanter à nouveau ? N’ai-je
pas assez souffert ? Pourquoi n’aurais-je pas droit au repos et au
confort de l’ignorance ? J’ai perdu ce à quoi je tenais le plus au
monde, on me l’a pris, arraché malgré moi. Alors gardez le maintenant et
laissez mon âme en paix. Je n'ai plus rien à perdre on m'a déjà tout
pris, mon coeur est sec désormais.

C’est alors
que je sentis couler sur mes joues deux minces filets humides. Des
larmes… Je n’ en avais pas versé depuis ce jour où… J’oscille entre
désespoir et stupeur, pourquoi maintenant ? Pourquoi jadis aussi,
pourquoi le bonheur m’a été interdit ? Je vois dans les villes et sur
les routes des hommes et des femmes marcher par deux, jeunes et vieux.
Moi je n’ai pas ce privilège, je n’ai pas droit de ressentir cela, on
l’a décidé pour moi. C’est injuste, je devrais avoir le droit d’aimer,
encore… Alors, acculé, je repense sans pudeur à Elle, ses cheveux, ses
yeux, sa peau…

La colonne a vu une deuxième fois
son poing s’abattre sur elle… En contemplant les étoiles je me demande
pourquoi ma vie est devenue ainsi. J’ignore si à un quelconque moment
j’ai eu le contrôle de mon destin. J’interroge les cieux, mais personne
ne répond à mes appels et à ma colère. Parfois j’aimerais qu’il y ait
quelqu’un, homme ou Dieu qui soit responsable de tout ça, pour pouvoir
tourner ma rage vers lui. Mais il n’y a personne à haïr pour cela. Ca
aurait été si simple… Ca aurait été trop merveilleux que ce bref moment
de bonheur durant ma vie perdure… Et toi, ma chère, ma douce… est-ce que
tu souffres là où tu es… ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lantre.exprimetoi.net
Narrateur

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Limbes

MessageSujet: Re: La Voie du Guerrier..   Dim 15 Avr - 21:37

Carnet de route de Gengis.
Pays de Cantha...



Plusieurs
jours déjà que nous avons débarqués, la petite Salmissira et moi même
sur ce continent afin de rechercher Eos. Cette chère Eos, papillon
frivole au vol insouciant… J’ignore ce qui les relie, mais la
détermination de ce petit bout de femme qui m’accompagne est aussi ferme
que les montagnes de ce pays. Elle me fait penser à moi, et à ma propre
quête que je semble délaisser peu à peu. Pourtant celui que je cherche
est lui aussi sur ce continent. C’est dans le but de le retrouver que je
suis parti jusqu’en Kryte, me suis mis à dos le blanc manteau en le
traquant jusque dans les rangs de la lame brillante…


J’ai
honte. Honte d’avoir délaissé ce à quoi j’ai voué ma vie ou plutôt ma
survie depuis les jours sombres de la Fournaise. J’ai l’impression de
m’être écarté du chemin que je m’étais fixé, d’avoir trahi les miens.
J’ignore si certains ont survécu par un quelconque miracle. Je m’étais
résigné presque sur le champ devant l’ampleur de la catastrophe, jusqu’à
ce que j’entende parler de ce Drelnas… Ce dernier aurait combattu
auprès des miens peu avant que tout s’effondre d’après les derniers mots
d’un ami de mon père. J’ai alors suivi sa piste sans relâche jusqu’à
intégrer la lame brillante dont il semblait faire partie.
Mais à
peine je me rapproche du but que ce dernier me glisse des doigts.
J’apprends que celui que je cherche est parti sur une autre terre. Et
entre temps je me suis retrouvé mourrant aux bons soins des colporteurs
envers qui j’ai une dette d’honneur… La vie d’un guerrier n’est pas
aussi simple qu’il n’y parait, parfois je regrette les jours lointains
quand j’étais moine... Par chance payer ma dette m’a conduit sur ces
terres inconnues, mais…


C’est étrange et
triste à la fois. Ce pays non plus n’échappe pas au chaos et au malheur
on dirait. Quelle ironie qu’après tout ce que j’ai enduré je persiste à
croire qu’il existe quelque part un lieu exempt de cette folie qui règne
sur le monde… Pourtant j’aimerais tant qu’il existe ce foutu endroit.
Il n’y a pas si longtemps je croyais même que je participerai à sa
création, lorsque suivant d’autres Ascaloniens nous sommes partis
rebâtir notre culture en Kryte mais non… Et ce pays s’entre déchire au
lieu de s’unir, alors qu’il est au bout du gouffre. Ce que les hommes
peuvent être cons quand ils s’y mettent.


Je
n’aime pas celui que j’ai été forcé de devenir… Il y a pourtant de cela
seulement quelques années j’avais de l’espoir plein les yeux, prêt à en
offrir aux plus démunis. J’avais des rêves et des proches, une famille
et…un amour aussi.
Rien que ce mot pourtant anodin pour certaines
bouches me transperce le cœur. Je le sens puiser profondément dans mes
souvenirs les plus rares, les plus cachés. Et il tire l’infâme bourreau,
il tire sur les chaînes de ma mémoire pour faire ressurgir ce qui est
enterré tout au fond. Et ses chaînes acérées découpent et tranchent mon
âme sur leur passage, mais personne n’entend ma souffrance. J’ai beau
lutter, j’ai beau résister, rien à faire les souvenirs rejaillissent
comme le feu d’un volcan qu’on croyait à tort endormi. Alors ces images
précieuses et cruelles me brûlent, me consument de l’intérieur sans que
je n’y puisse rien.


Je revois, impuissant,
ce jour paisible sous ce grand chêne où nous allions souvent. Je me
rappelle encore chaque mot, chaque sourire, chaque regard échangé à
l’ombre de l’arbre majestueux. Tu étais si belle, si pleine de grâce et
de charme, mille fois plus que Dame Althéa elle-même. Je chérissais à
l’époque ces moments de calme et d’étude, tandis que désormais ils me
lacèrent le cœur. Je revois cette scène où j’ai enfin osé prendre ta
main, délicatement. Mais toi tu ne l’as pas reprise, tu m’as souri
tendrement. J’avais cru alors que le sol se dérobait sous mes pieds tant
j’étais heureux. Jamais je n’oublierai le goût de tes lèvre ni l’odeur
de ta peau ce jour là, témoin de notre premier baiser. Nous étions seuls
au monde, nous nous aimions… nous étions heureux. Et c’est pour ça que
j’ai mal aujourd’hui, car je ne revivrai plus jamais ces moments… je
n’en ai pas le droit, ni la force de les perdre une fois encore.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lantre.exprimetoi.net
Narrateur

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Limbes

MessageSujet: Re: La Voie du Guerrier..   Dim 15 Avr - 21:37

Impasses de Kaineng...






La
mégapole Canthienne s'étend sur des kilomètres, englobant à elle seule
une grande part du continent. Ses larges et vertigineuses rues taillées
dans l'immense bloc urbain semblent autant de plaies et de cicatrices
béantes dans le pays lui même. Et, au fond de ces abymes ténébreuses
résonnait le fracas des armes accompagnées par le cri des mourants. Car
aussi vaste et immense soit-elle, la cité devait elle aussi composer
avec sa propre vermine.


Un groupe
d'aventuriers, dont la plupart n'étaient même pas originaires du
continent avait fort à partie avec une poignée de brigands locaux, fort
bien organisés. La moitié des étrangers était déjà tombé sous les
assauts ennemis. En effet, la manière de combattre de ces autochtones
était très différente de celle employée en Tyrie. Ceux-là se faufilaient
parmi les ombres, surgissaient des recoins lugubres sans un bruit, et
se déplaçaient avec une vitesse frustrante pour leur vis-à-vis. Rapides,
silencieux, mortels… Au rythme où s’engageait la bataille, les
assaillants étaient condamnés. Avant que le sang des blessés n’ait eu le
temps de sécher sur le sol, il n’en restait plus que deux.


Deux
guerriers, blessés et fatigués par les acrobaties de leurs adversaires.
Deux combattants pourtant rodés au corps à corps mais dont les coups
s’obstinaient à ne point faire mouche. Plus résistants que leurs
opposants, mais beaucoup moins rapides, ils avaient été dominés depuis
le début du combat. Et désormais, ces ennemis fait de courant d’air les
encerclaient, prêts à leur donner la curée. Il suffirait pourtant d’un
coup d’épée ou de hache bien placé pour en annihiler un étant donné leur
équipement apparent, mais pour l’instant ils persistaient à se faufiler
entre les coups… Alors leurs adversaires s’approchèrent lentement,
dagues en avant tels des prédateurs.


C’est
alors qu’une pluie de flèches s’abattit sur le champ de bataille, comme
si elles pleuvaient du haut des toits. Un déluge mortel de bois et
d’acier transperça ces étranges guerriers pourtant si habiles sous le
regard médusé et vexé des deux combattants survivants. Quand ils
levèrent les yeux, ils aperçurent une silhouette juchée au sommet d’un
bâtiment. Les deux rescapés ne parvinrent point à identifier leur allié
inattendu de part la distance et du soleil à contre-jour. Leur
mystérieux sauveur se tenait immobile au dessus d’eux tenant son arc
toujours bandé. Le soleil rasant dans son dos projetait son ombre sur
les ruelles, étendant sa domination de la situation. A ses côtés trônait
un majestueux félin qui fixait les deux guerriers de ses deux opales
perçantes. Et pourtant, malgré l’étrangeté de la situation, malgré cette
ombre impossible à identifier, une pensée saisit le cœur d’un des deux
guerriers. Quelque chose en lui reconnut cet homme, ou quelque chose en
lui souhaitait voir une seule et unique personne.


« Drelnas… ? »


La
silhouette sembla sursauter. Son compagnon félidé grogna en retour,
tout croc dehors. Les deux hommes se préparèrent à subir une volée de
flèches. Mais l’étranger abaissa son arc et prit la fuite par les toits.
Le nouveau Colporteur voulu le suivre mais son compagnon d’arme lui
rappela qu’il y avait des blessés à ramener en lieux surs. Il eu alors
honte de lui-même quand il hésita à secourir les blessés. L’homme qu’il
recherchait depuis la Fournaise était peut-être enfin à portée. Après
avoir traversé la Tyrie de fond en comble, après avoir dû même la
quitter pour les terres de Cantha, il fallait renoncer à cette quête
pour sauver ses compagnons de routes. Et c’est ce déchirement qui lui
causa cette honte. Oui, il était bien mort ce petit moine jadis qui
voulait préserver les hommes de la mort et de la souffrance…


En
portant les blessés jusqu’au campement le plus proche, il ne cessa de
repenser à cette vie dissociée qu’il menait depuis que son pays avait
été rasé… Cette survie quotidienne jusqu’au jour où une quête vint y
donner un sens, trouver l’homme qui était avec les siens quand Ascalon
fut balayé. Cet objectif l’avait fait rencontrer différents amis et
ennemi au cours de ses voyages. Il se remémora lors les Augures, la
prophétie des survivants, ses premiers compagnons d’armes. Même à ce
moment là, son destin n’était plus sien, mais semblait esclave des
paroles de ces anciens Druides de Maguuma… Pourtant, il fut séparé de ce
groupe. Il fallut qu’une blessure sérieuse l’amène à trouver refuge
chez les Colporteurs pour les rejoindre en paiement d’une dette. Mais
bientôt cette dette serait payée quand Salmissira retrouverait Eos.
Alors, il serait libre à nouveau, et seul…


Peut-être
que les Augures s’étaient trompés, ou bien qu’ils avaient d’autres
projets pour son destin. Peu importe, il n’en a jamais été le maître…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lantre.exprimetoi.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Voie du Guerrier..   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Voie du Guerrier..
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ryuken: le Destin du Guerrier Solitaire qui suit la Voie du Combat Éternel
» Thornac, le Nain guerrier
» Tralïn- guerrier nomade grand tueur d'orque
» Le Retour du Guerrier
» Voie de la Navigation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Bataille d'Urfa :: Les anciennes prophéties :: La Voie du Guerrier..-
Sauter vers: