La Bataille d'Urfa

La légende des Paladins et des Prophéties oubliées
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» [Chronique] Les sentiers de la Paternité..
Dim 24 Mai - 20:23 par Narrateur

» Chapître I : Genèse
Dim 15 Juin - 20:04 par Narrateur

» Les Sentiers de l'Héritage
Jeu 15 Mai - 5:11 par Narrateur

» Bile, Cornes & Acier..
Mer 11 Juil - 19:19 par Narrateur

» Tranches de vies et tranches de lard..
Mer 11 Juil - 19:17 par Narrateur

» Chapitre II : La voie des armes
Mer 11 Juil - 19:16 par Narrateur

» Chapître I : Deux frères
Mer 11 Juil - 19:15 par Narrateur

» Les Sentiers de la Vie..
Mer 11 Juil - 19:12 par Narrateur

» Les Sentiers de la Spiritualité..
Mer 11 Juil - 19:05 par Narrateur

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Découvrez la playlist DedeRock avec Ours (2)

Partagez | 
 

 Les Amants Maudits

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Narrateur

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Limbes

MessageSujet: Les Amants Maudits   Mer 11 Juil - 18:45

Giran la grande, par une soirée pourtant si calme...





La petite place entre l'échoppe d'armes et le grossiste ne désemplissait pas de monde. Des aventuriers de chaque race et de chaque région se rejoignaient en ce carrefour économique sans égal. Parmi marchands et badauds se tenait un petit paladin dont les blessures faîtes quelques jours auparavant l'avaient obligé à se ménager et rester dans la cité. Par un heureux hasard il croisa la charmante Elfe Myna qui l'avait soigné au village des Chasseurs. Mais le temps des retrouvailles et des politesses ne dura qu'un instant éphémère, car au sein de l'agitation, des vendeurs qui criaient et des clients qui marchandaient, résonnaient les pleurs et les sanglots d'une femme paniquée...


Certains accoururent vers elle, parmi eux Dame Myna accompagnée du Petit Paladin. Mais il y avait aussi Bugman en galante compagnie qui s'empressa de porter assistance, comme à son habitude. Hélas, la demoiselle Elfe en détresse ne comprenait par leur langage, et sans l'intervention de Myna pour traduire leurs paroles jamais ils n'auraient appris la triste réalité. Un Elfe, le compagnon de Myna répondant au nom d'Elrond avait disparu sans laisser de traces. Etait-il simplement parti en omettant de la prévenir ou bien lui était-il arrivé malheurs ? Les paroles de l’elfe étaient à demi étouffées par ses sanglots, trahissant sa profonde inquiétude. Le petit paladin contempla la foule, attristé de voir que si peu de personnes ne réagissent à sa détresse. Myna traduisait tant bien que mal les réponses de sa semblable aux milles questions de Bugman et du petit paladin.


L’elfe qui s’appelait Alassea raconta divers faits, parlant d’enlèvements, de sombres. Un nain spectateur leur déclara avoir vu son compagnon au nord de Giran la veille poursuivre un Sombre. Ce sombre porterait la marque du clan des Déchus. Tout s’entremêlait dans un labyrinthe de questions sans réponses… Finalement, agacé de ne rien comprendre et de voir si peu d’efforts de la part des gens présents, le petit paladin prit la décision de partir pour le village Elfe où la trace de ce Elrond avait été perdue afin d’obtenir quelques informations. Il laissa l’elfe aux bons soins de Bugman et sa future compagne ainsi que de Demoiselle Myna qui partit peu après. Arrivé au village elfique, il fut froidement interpellé par une sentinelle lui demandant les raisons de sa venue. Il lui expliqua alors tout ce qu’il avait appris peu avant. L’Elfe demeura septique et ne fit pas confiance à cet humain assez candide pour oser venir en leur propre domaine. Le petit paladin lui prêta alors serment de vérité et lui montra un document signé d’un notable du village, acquis lors d’une quête qui le mena au rang de Paladin. Finalement, la sentinelle daigna partager ses informations, prétextant que cet humain là « puait » la pureté, ce qui laisse comme à son habitude le petit paladin songeur et perplexe…


La sentinelle lui avoua alors qu’effectivement le dénommé Elrond avait bel et bien disparu et que d’après leurs sources, il se trouverait aux mains de Sombres, dans la cité de Gludio. Cité aux mains de sombres faisant partie d’un clan appelé « Déchus ». Les informations semblaient se regrouper, mais comment libérer cet Elfe en territoire ennemi ? Les Efles eux-mêmes ne purent tenter quoique ce soit craignant une guerre ouverte et meurtrière… Mais il fallait le sortir de là. Pour lui, et sa compagne qui se morfondait à Giran. Alors, il prit la décision d’aller lui-même à Gludio pour tenter de négocier pacifiquement la libération d’Elrond, ayant Foi en ce doux monde qu’il espère un jour voir de ses yeux. Ce n’était que folie que d’oser penser cela. C’était pure folie de tenter cette approche. Mais il le fit. Il retourna à Giran où hélas Bugman n’était plus et révéla à Alassea l’emplacement d’Elrond. Un autre homme se tenait là, un homme qui se prétendit être le fondateur d’un ordre tristement célèbre ; L’Ordre de la Lumière. Mais le temps n’était pas aux question ou à l’histoire, il fallait agir, agir vite.


Le petit groupe prit la direction de Gludio. Mais avant que le petit paladin n’ait eu le temps de faire ranger leurs armes à ses compagnons ils tombèrent aussitôt sur le comité d’accueil de la cité qui s’empressa de leur demander la raison de leur venue. L’épée au fourreau et la voix posée, il expliqua à la Sombre qu’il n’était pas venu avec d’hostiles intentions. Mais la situation lui échappait déjà. Alassea, l’arc brandit et flèche prête à être décochée hurlait à tout va pour retrouver son compagnon. La réaction ne se fit pas attendre. Aussitôt des gardes accoururent et mirent en joue les étrangers. Calmement, les deux humains tentèrent de négocier avec les Sombres tout en faisant baisser son arc à leur camarade Elfe qui les mettait tous en péril. La tension montait peu à peu vers une dangereuse escalade à l’issue inéluctablement violente, marquée par le sang. Mais, à force de persuasion et de calme, ils purent commencer quelques bases élémentaires de diplomatie.


Hélas l’accalmie fut de courte durée. Car une autre vint les rejoindre, arborant le blason des Templiers, arc et flèches parés. La situation empira alors très vite, les gardes de plus en plus nerveux et impatients menaçaient le groupe et ne leur laisseraient aucune chance. Le Petit Paladin essaye de contenir les ardeurs de ses camarades tantôt en rabaissant l’arc d’Alassea, tantôt en essayant de parlementer avec la Sombre. Mais la discorde est prompte à naître dans les situations critiques. Voilà que la révolte gronde au sein du petit groupe venu à la base parlementer, la Templière cautionnant la montée de violence de l’Elfe sous pretexte et argumentations théoriques sur le grand amour. Mais que faisaient-ils là ? N’étaient-ils pas venu au-delà d’aider deux être amants sauver une vie ? L’étalage de grandes phrases sentimentales excéda le petit paladin qui prit sur lui afin que la situation n’empire pas plus. Seulement, au beau milieu du chaos qui régnait, Alassea saisit sa chance et perfora les rangs adverses, cherchant son amour dans les rues hostiles de Gludio suivie de près par la Templière…


La Garde se déploya pour rattraper la fugitive tandis que les deux humains restés en joue ne purent bouger. Dans les rues, on entendait une Elfe appeler son compagnon. Dans les rues on entendait malgré soi cet élan d’amour si pur et désespéré qu’il en coûterait probablement la vie à ceux qui osent ressentir ce sentiment. Et puis plus rien, rien que le silence et le sang sur les pavés d’une rue. Le compagnon du paladin parlementa à son tour pour aller chercher les deux autres membres du groupe. En échange il laissa le paladin à la merci de la garde qui l’abattrait au moindre geste. Ce dernier attendit patiemment, enragé et frustré de ne pouvoir rien faire, enragé d’avoir vu la situation lui échapper si vite. Bien plus tard l’humain revint avec la Templière une fois qu’il l’eût soignée. Alassea elle restait introuvable…
Mais dans une geôle puante de la cité, au cœur de la crasse et de l’obscurité naquit une petite flamme, insolente mais vivace. Au cœur d’une cellule deux êtres se retrouvèrent après avoir été arrachés l’un à l’autre. Tous deux prisonniers de leurs ennemis, mais tous les deux libres de s’aimer et d’être cote à cote….


Le temps était venu de quitter la cité, malgré eux. Avant de partir cependant, le petit paladin parvint à négocier un accord de principe avec la Sombre. Il demanda à rencontrer les Déchus pour parlementer avec eux et tenter de libérer ces amants maudits. La Sombre accepta au grand désespoir du compagnon du petit paladin qui jugea cela comme folie. Peut-être après tout. Toutefois il avait donné sa parole et un Paladin, encore moins un Homme, ne revient jamais sur la parole donnée. Ainsi va l’Honneur… Il reviendrait et rencontrerait les Déchus pour tenter de trouver une solution pacifique à cette histoire, en priant pour que ce jour là, la haine qui ronge le cœur des races soit moins tenace… La Haine justement, cela lui rappela qu’il faudrait rencontrer Bugman bien assez tôt pour le mettre au fait des agissements de certains Templiers…
Mais alors qu’il quittait la cité, il s’interrogea sur les paroles de la sentinelle Elfique, à propos des autres disparitions. Il avait déclaré que ce n’était pas dû aux Déchus mais à quelque chose de bien plus malin et sournois. Un tracas de plus pour un esprit si jeune et naïf…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lantre.exprimetoi.net
Narrateur

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Limbes

MessageSujet: Re: Les Amants Maudits   Mer 11 Juil - 18:45

Giran, à l'aube...



De minces filets lumineux perçaient les volets usés par le temps de la chambre du jeune paladin. Extirpé de force du royaume des chimères par ce jour naissant, ce dernier se leva et vaqua à ses occupations avant de se préparer. Quand il quitta le hall des Paladins de Giran l'aube était toujours là, comme si ce moment s'était figé. Mais des appels l'arrachèrent à sa contemplation, une personne clamait son nom et le recherchait. C'était un Sombre, un sombre appartenant à l'ordre des Déchus ; les ravisseurs d'Elrond et d'Alassea. Aussitôt les douloureux souvenirs de la veille assaillirent son esprit encore embrumé et le rappelèrent à la dure réalité.


Alors, il suivit la trace de celui qui l'interpellait pour finalement arriver vers l'arène de Giran. Il y rencontra un Sombre peu engageant, membre des Déchus. Un nain jovial et peu timide accompagnait le paladin malgré lui, il prétendait connaître le Sombre en question après tout pourquoi pas. Les négociations débutèrent alors un peu à l'écart de la furie des combattants. Le petit paladin redouble d'efforts et de persuasion afin d'obtenir la liberté du couple d'Elfe, mais le Sombre campait sur ses positions. Ceux de son ordre désiraient garder captif Elrond et faire pression sur les Elfes pour avoir suffisamment de temps pour se réorganiser et assurer leur propre sécurité sur leurs terres. Mais hélas cela ne risquait-il pas d'attiser d’avantage la haine entre ces deux peuples déjà tant déchirés ? Le Paladin craignait une escalade qui mènerait à une guerre, et malgré l’arrogance des Sombres, il y aurait de lourdes pertes de chaque côté. Pourtant, il s’accrochait à cette idée de résolution par la diplomatie, par le dialogue, sans guerres ni veuves..


Un autre Sombre se joignit à la négociation, sorti dont ne sait où. Plus jeune ou moins expérimenté que le premier il écouta et donna son opinion par intermittence. Mais, seul face aux deux représentants entêtés, il parvint toutefois à trouver un terrain exploitable… Peut-être libéreraient-ils les elfes captifs si les Elendils donnaient leur parole de les laisser en paix sur leurs terres, voir même de luter contre les orcs. Alors, il fut décidé qu’il irait trouver les Elfes pour voir avec eux, tandis que le représentant des Sombre discuterait avec les siens pour peut-être et contre toute attente trouver un accord et libérer Elrond et sa compagne… Peut-être que ce monde utopique dont le petit paladin rêve tant n’est pas aussi accessible après tout…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lantre.exprimetoi.net
Narrateur

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Limbes

MessageSujet: Re: Les Amants Maudits   Mer 11 Juil - 18:46

Village des Chasseurs...



Le chemin de la vertu et de la paix est semé d'embûches et de pièges. Voilà déjà deux jours que le royaume des chimères était interdit au petit paladin qui courrait de ville en ville, de rencontres en rencontres pour trouver une solution. Son esprit était hanté par cette Elfe passionnée qui avait failli sacrifier sa vie et celles de ses compagnons pour retrouver son amant. Qui sait ce qui lui était arrivé depuis sa captivité, notamment avec les trahisons et les accords bafoués chez les Elendils.


Par chance, le contact n'était pas rompu, et il rencontra à nouveau un de leurs émissaires à l'aube non loin de Giran. Celui ci lui confirma que des Déchus étaient bien aux mains des Elendils après un affrontement non loin des terres de Gludio. Alors, il restait peut-être un infime espoir, mince, une étincelle insolente... d'un dénouement sans effusions de sang. Un échange, un prisonnier pour un autre, une vie pour une vie, et à chacun la liberté et peut-être la paix. Le vent tournait, l'espoir aussi, car le Déchu accepta le principe. Restait à contacter les Elendils, et espérer qu'ils répondent rapidement cette fois.


Il n'en croisa un que dans l'après-midi qui suivit, au pôle commercial de Giran. Ce dernier lui narra alors les évènements de la veille qui conduirent les Elendils à capturer les Déchus. Il raconta aussi au petit paladin comment ils avaient réussi à faire parler les Sombres, quelles tortures utilisées... Le Paladin le coupa net préférant éviter une conversation où il perdrait son calme. Non contents de rompre les accords donnés, ils se comportaient d'une manière aussi vile que des orcs. Non décidemment, les graines du chaos et du mal ne sont pas spécifique au sang et à la race... Il congédia l'Elendil avec un message pour Elrond expliquant les modalités d'un échange pour libérer Alassea.


Elrond lui fit part de sa réponse favorable peu de temps après, tant qu'Alassea serait libérée et saine. Alors le petit paladin, portant sur ses épaules ce projet fou de dénouement sans morts partit à Gludio rejoindre les Déchus. L'accueil fut plus froid que durant les autres négociations, sans doute les deux camps en présence étaient las des grands mots de cet humain rêveur et des accords non tenus. Il faillit perdre patience en pleine cité Sombre, quand l'un d'eux trop tatillon à son goût sur le choix du lieu fit durer la négociation. Mais finalement ils tombèrent d'accord sur le Village des Chasseurs.


Le petit paladin grimaça en voyant ce terrain choisi par les deux camps afin d'effectuer à l'échange des prisonniers. Ce village avait déjà trop souffert dernièrement. Et il craignait le pire, si la diplomatie venait à échouer en ce lieu... Le seul moment de réconfort pour le paladin privé de repos depuis des jours fut la visite surprise de Maryianne. Dame Maryianne, toujours si fraîche, souriante et prompte à ensoleiller une âme... Mais bientôt la réalité reprit ses droits. Les Elendils arrivèrent en premier, accompagné du prisonnier Déchu. Les Déchus eux arrivèrent plus tardivement, mais sans Alassea...


Afin que tout se passe pour le mieux, il convia les Elendils d'un côté et les Déchus de l'autre, sans armes. Et, planté au beau milieu de ces deux rangées pleines de haine et de ressentiments, il tenta de les contenir, la nuit durant. La fatigue se faisait pressante, tout comme la menace d'une arme brandie, une insulte ou un geste auraient suffit à mettre le village à feu et à sang. Alassea n'était toujours pas arrivée, et les Elfes ne semblaient pas être des créatures très patientes, ni ayant une passion pour les solutions diplomatiques.


Ce n'est qu'à l'aube qu'on aperçut enfin avec soulagement sa silhouette, encadrée de trois gardiens Sombres. Enfin, tout allait commencer et tout finir en ce matin. Mais pour cela encore faut il que les esprits ne s'enflamment pas. Car les Elfes à la vue de leur semblable s'agitèrent, et avec eux s'enflamma encore une fois la Haine. Les Déchus répondirent, et le brasier de la haine continuait de brûler... Le petit paladin ordonna qu'on amène à lui chacun des prisonniers. Il attrapa d'abord le Déchu captif, tandis qu'Alassea se battait becs et ongles pour qu'on lui rende ses armes. La situation faillit tourner au drame, et tout cela pour une paire de dagues...


Les Déchus, pressés et excédés, la poussèrent jusque dans les bras des Elendils, soulagés de la retrouver. Le Déchu rejoignit ses compagnons, comme il l'avait été promis. Il n'y avait plus de prisonniers désormais, leur liberté avait été rendue, sans que le sang ne soit versé en ce pâle matin qui se levait. Le petit paladin, malgré l'épuisement qui lui faisait voûter l'échine, malgré les critiques des septiques ou des cyniques, avait accompli sa tâche et le serment qu'il avait fait. Hélas, cet instant utopique ne dura pas, aussi fugace qu'un songe il s'évanouit quand s'embrasa encore la haine. Tout cela pour une histoire d'objets, de dagues. Quelles dagues valaient toutes les vies qui risquaient d'être fauchées ..?


Alors, il les chassa du village, les rendant à leurs chaumières et leur liberté qu'ils semblaient ne plus savourer sur l'instant. Les négociations avaient abouti, mais il n'y aurait pas de paix ce soir. Non pas ce matin, il ne réussirait pas à créer ce monde de paix dont il rêve tant. Ce matin, Elendils et Déchus se haïraient et finiraient très vite par s'affronter à nouveau sans doute. Ce matin, le paladin avait accompli sa tâche. Ce matin, il avait réussi à prouver même si ce ne fut qu'un murmure dans le vent, il prouva à ces clans et aux témoins que le monde en lequel il croyait... il leur prouva qu'il pouvait exister...


Alors, demain il reprendrait sa quête et sa croisade. Demain il se battrait pour instaurer chaque jour un peu plus de "bon" en ce monde. Demain peut-être, il réussirait, qui sait. Mais pas ce matin... ce matin pour la première fois depuis trop longtemps, il allait plonger dans les Abymes du néant, au coeur du royaume des chimères, et il allait rêver, rêver à ce si beau matin où ce monde sera...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lantre.exprimetoi.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Amants Maudits   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Amants Maudits
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Au plus profond de la nuit se retrouvent les amants maudits. [Fletcher Salir/Aël T. Demareck]
» La Geste des Trois Amants
» Les amants de papier
» Le jardin des amants...
» Les amants éloignés.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Bataille d'Urfa :: Les anciennes prophéties :: Découvrir le monde..-
Sauter vers: