La Bataille d'Urfa

La légende des Paladins et des Prophéties oubliées
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» [Chronique] Les sentiers de la Paternité..
Dim 24 Mai - 20:23 par Narrateur

» Chapître I : Genèse
Dim 15 Juin - 20:04 par Narrateur

» Les Sentiers de l'Héritage
Jeu 15 Mai - 5:11 par Narrateur

» Bile, Cornes & Acier..
Mer 11 Juil - 19:19 par Narrateur

» Tranches de vies et tranches de lard..
Mer 11 Juil - 19:17 par Narrateur

» Chapitre II : La voie des armes
Mer 11 Juil - 19:16 par Narrateur

» Chapître I : Deux frères
Mer 11 Juil - 19:15 par Narrateur

» Les Sentiers de la Vie..
Mer 11 Juil - 19:12 par Narrateur

» Les Sentiers de la Spiritualité..
Mer 11 Juil - 19:05 par Narrateur

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Découvrez la playlist DedeRock avec Ours (2)

Partagez | 
 

 Les Sentiers de la Sollutide..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Narrateur

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Limbes

MessageSujet: Les Sentiers de la Sollutide..   Mer 11 Juil - 18:59

Prologue..


Une page blanche attend sur un pupitre éclairé par une chandelle virevoltante. Nul ne sait depuis combien de temps elle gît là. Dans l'ombre les autres regardent l'ouvrage encore vierge en silence. Tous savent désormais qu'une destinée s'apprête à être forgée sur ce pupitre.

Alors, une main empoigne sa plume et commence à griffonner sur le papier. Et, au faire et à mesure des mots puis des phrases, la vie naît et avec elle un nouvel héritier de cette lignée. Et tous assistent à la naissance d'un des leurs tandis que la tisseuse de Destins poursuit son oeuvre...

Les pages se suivent et peu à peu les mots deviennent des images aux reflets de paysages rudes et montagneux. Un monde, une vie prend forme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lantre.exprimetoi.net
Narrateur

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Limbes

MessageSujet: Re: Les Sentiers de la Sollutide..   Mer 11 Juil - 18:59

Cimmérie, terres du clan Delmeth...




Les vents hivernaux battaient les terres ancestrales du clan Delmeth avec ardeur et insistance depuis plusieurs jours déjà. Peut-être Crom lui même avait fini par porter son attention sur cette région et y colportait ses malédictions. Mais pour le peuple Cimmérien, cette rudesse hivernale n'était qu'une épreuve de plus à franchir. Un obstacle d'où ils ressortiraient plus forts, ou mourraient s'ils se montraient trop faibles. Ainsi vont la Vie et la Mort en ce pays. Le petit clan Delmeth ne faisait pas exception à cette mentalité, les anciens et le Chef Yesugei veillant à maintenir les anciennes coutumes. Les membres du clan vivaient non loin des terres du clan Moragh leur plus proche et plus important voisin. Ils étaient bien moins nombreux que ce dernier et moins armés, cependant les batailles glorieuses de leurs guerriers assuraient prestige et fierté au clan entier. Il n'y avait pas de place pour les lâches et les pleutres dans la vie sociale du clan. Quand à ceux tombés au combat ils étaient honorés par des chants funèbres comme le veut la coutume...


Mais en ce jour même le froid et les vents violents n'auraient pu ternir l'allégresse présente dans le clan. En effet le fils aîné du chef Yesugei, nommé Bartuc, célébrait ses noces en ce jour. Il avait choisi pour femme une des filles d'un chef de clan voisin. Ce mariage scellait de futures relations prospères entre deux clans jadis rivaux. A l'intérieur de la hutte du Chef on festoyait et on ripaillait. Dehors, une silhouette sortie précipitamment se recroquevillait sous le froid. La bière coulant à flot n'avait pas ménagé la vessie du jeune Drelnas. Il remonta ses guenilles après un soupire et s'empressa de rejoindre l'assemblée bruyante et agitée. Le jeune guerrier voyait là son vingtième hiver et accusait déjà plusieurs batailles et conquêtes féminines au sein du clan. Ses épaules larges et solides s'ébrouèrent avant de rentrer au chaud..


Des paroles murmurées dans les fourrés s'échangèrent quand Drelnas fut rentré avec le reste du clan à l'intérieur. Deux éclaireurs Vanirs se replièrent informer leurs chefs de leurs observations. Ces derniers eurent un rictus satisfait, prémices d'horreurs et de carnage. Alors, silencieux et sournois, les Vanirs se mirent en marche, tandis qu'au chaud on festoyait innocemment. Les quelques sentinelles du clan exclue des noces furent assassinées de sang froid, une fin déshonorante que de mourir son arme encore au fourreau...
Et puis, au milieu des chants et des bourrades, un premier cri, étouffé dans la masse. Puis un second, suivi d'un autre. Le brouhaha diminua légèrement et céda place au chaos. L'assemblée avinée réagit tardivement. Déjà du sang de Delmeth coulait sur le sol tandis que les Vanirs chargeaient en hurlant...


Mais le triomphe de ces chiens ne fut pas si éclatant. De rage et d'indignation les braves du clan prirent les armes. Des enfants aux vieillards, des femmes aux guerriers chacun fit face aux Vanirs. C'est avec fougue et fierté qu'ils affrontèrent la mort, comme il était coutume chez eux. L'ennemi était bien plus nombreux et les Vanirs avaient crée des brèches, s'infiltrant de toute part. Encerclés, piégés et acculés les membres du clan tombaient un à un sous leurs assauts. Mais chaque héro tombé attisait la rage des survivants qui entraînèrent avant leur mort autant de Vanirs que possible. Cet ultime frisson d'orgueil serait leur héritage, leur testament quand personne ne pourrait plus chanter leur bravoure. Le Clan fut décimé après une sanglante bataille… La victoire fut amère pour les Vanirs qui repartirent en laissant sur place les nombreux corps des leurs à côté de ceux du clan.


Parfois, quand les ténèbres nous enlacent, et qu’on s’endort peu à peu sous leur étreinte glacée, on rêve…
On voit nos espoirs renaître, nos craintes s’effacer peu à peu. Mais quand vient l’aube et que le soleil vient narguer nos paupières, on frissonne..
On se raccroche à ces chimères avec désespoir, niant la vérité, refusant la venue de l’aube et d’un matin amer.
Et puis le matin vient…




Une odeur forte et piquante brûla ses narines. Peu à peu ses sens se réveillèrent, d'abord l'odorat avec cet effluve nauséabond...
Puis un bourdonnement incessant vînt agresser son esprit encore à demi léthargique...
Quand il ouvrit les yeux il vit une nuée de mouches virevolter autour de lui, cause de ce bourdonnement insupportable...
Vinrent ensuite le goût avec celui de son sang remplissant sa bouche et enfin le toucher quand son corps meurtri et couvert de blessures se réveilla..


Devant les yeux de Drelnas se tenaient les corps entremêlés des siens et des Vanirs, charnier obscène devenu festin pour la vermine. Des larmes s'échappèrent de ses yeux, ce furent les dernières à ce jour. Non pas à cause de la douleur lancinante qui cisaillait chacun de ses membres. Non pas à cause du chagrin de voir les siens morts.. Mais des larmes de honte d'avoir survécu, de ne pas avoir été digne de leur fin héroïque. Pourquoi les Dieux avaient ils refusé sa mort ? Etait-ce là une malédiction de Crom pour le tourmenter ? Il lui fallut deux jours pour pouvoir avoir la force d'enterrer et honorer les morts de son clan, et deux jours de plus pour leur donner à tous une sépulture décente... Il chanta aux vents glacés les exploits de ceux qui avaient formé le clan Delmeth afin d'honorer les morts victorieux...


Ses foyers n'étaient plus. Sa famille, son clan n'était plus. Les coutumes ancestrales, tout cet héritage était condamné à disparaître avec lui. Avait-il été épargné pour être le témoin de la bravoure des siens ? Qui sait... Peut-être qu'une main invisible l'avait sorti de son destin pour une autre tâche... Drelnas quitta ses terres sans se retourner sur les Ruines et les fantômes qu'elles abritaient désormais. Sa première quête était teintée de vengeance, car nul Cimmérien digne de ce nom ne laisserait des lâches et des assassins salir l'honneur des siens en les laissant en vie. C'est ainsi que commencèrent les voyages solitaires de Drelnas de par le monde... Guerrier errant au gré des pays et des batailles, tantôt mercenaire, tantôt soldat, mais toujours fier et libre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lantre.exprimetoi.net
Narrateur

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Limbes

MessageSujet: Re: Les Sentiers de la Sollutide..   Mer 11 Juil - 19:00

La nuit recouvre le poitain et les étoiles une à une illuminent le ciel d'Aquilonie de leur éclat timide. La petite ville autrefois timide et simplement bâtie par de frêles et précaires construction était désormais pleine de vie. La pierre avait remplacé le mortier grossier des murs, et une enceinte solide délimitait les terres de cette petite famille qui s'était depuis agrandi.
Au sommet de la plus grande bâtisse, une silhouette massive et voûtée se tient au dessus d'un petit carnet de cuir, où il couche ses souvenirs, ses pensées, son héritage..



Citation :



Carnet de Tonton :

J'ai l'impression que c'était hier que j'abandonnais mes terres. Il y a plus de dix ans je quittais mon pays, mes racines et le territoire de mes ancêtres. J'avais un clan, une famille. Tous morts. Tous massacrés par les Vanirs. Je me souviens encore de la rage qui brûlait mes veines, cette soif de sang et de vengeance intarissable. J'étais une bête, un chasseur. J'ai marché dans les montagnes pour remonter la piste de ces bouchers. J'ai tué et massacré chaque campement isolé de Vanirs sur ma route. Je rôdais autour d'eux, m'attaquant aux isolés. J'ai été découvert, puis traqué à mon tour.

Cette guérilla a ensanglanté les montagnes pendant plusieurs jours et plusieurs nuits. J'en porte encore les marques sur mon corps à ce jour, comme autant de souvenirs tranchants. J'ai survécu à ce carnage, à force de ruse, de cruauté et d'inventivité morbide. J'avais traqué les assassins de mon clan et vengé leur mémoire. Mais j'étais seul. Mon foyer fumait encore, les miens n'étaient plus. J'aime, j'ai toujours aimé ma terre, mais à cette époque elle me donnait la nausée. Alors j'ai quitté la terre de mes ancêtres, le temps de retrouver une place dans ce monde qui semblait à présent si vaste..

C'est comme ça que j'ai commencé mon errance pendant dix ans, avant de rencontrer des gens qui sont devenus plus qu'un camarade de bataille ou qu'un client, mais une famille. Voici comment j'ai trouvé mon trésor et ma malédiction. Ma vie de famille..



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lantre.exprimetoi.net
Narrateur

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Limbes

MessageSujet: Re: Les Sentiers de la Sollutide..   Mer 11 Juil - 19:00

Cimmérie, terres abandonnées du Clan Delmeth..


Jadis ces terres austères regorgeaient de vie, de traditions et de fiers guerriers. Puis vînrent les Vanirs, et avec eux la ruine, et la fin de cette ère. Dix ans ont passé depuis que l'ultime survivant de ce clan déchu ne quitte ses terres. Dix longues années d'errances avant de voir à nouveau la fumée s'élever d'une hutte en ces lieux..
Car la vie reprenait désormais ses droits, là où elle les avait auparavant perdu.


La modeste chaumière accusait encore des travaux récents et à venir, son isolation n'était pas achevée et ses murs avaient besoin d'être consolidés. A l'interieur résonnaient des bruits d'enfants en bas âge.
Puis une silhouette accusant quelques rondeurs typiques sortit de la demeure pour aller chercher un peu de bois.
Au loin, un homme de taille moyenne mais aux épaules larges abattait violemment sa hache sur le tronc d'un arbre.


Posant son outil, le cimmérien s'étira longuement. Il regarda derrière lui et vit ses terres, sa maison..sa famille. Ce mot avait pris un tout autre sens depuis peu. Il se remémora cette époque lointaine où il écumait les routes d'Hyboria, seul. Mais cette sollitude fut éphémère ou ponctuelle, car bon nombre d'aventuriers, hostiles ou pas, écumant les routes croisèrent la sienne.

La première fut Lyvia. Cette jeune aquilonienne dévergondée et violente avait un don certain pour les ennuis, ou les provoquer si ceux ci tardaient à venir.

Puis il y a eu Bheyd et Nayaa. Nayaa, sa fleur de lotus, cet amour interdit qui fut si atrocement assassinée. Et Bheyd, qu'il considèra toujours comme un frère, avec une bienveillance maladroite qui fit souvent d'eux des ennemis.

Il y avait Alshindara, perle d'innocence mitranite dans ce monde abrupte. Enfant baffouée et perdue dans les rues de Tortage pour qui il mit tout en oeuvre afin de la faire évacuer vers sa patrie. Sa haine de l'esclavage prit son essors aussi à cette époque.

Vînt Sayag, compagnon d'infortune lors d'un pillage de monument Stygien, ami filou et fidèle.

Peu de temps après apparut Jahinya, chaman de sang mêlée. Fière et forte, rude et douce, guerrière, épouse et mère de sa descendance.

Beaucoup d'autres suivirent, amis croisés lors d'un périple, ou amitiés tissées autour d'une chope.
Elmerya, petite fleur stygienne fragile et troublée. Victime d'une horrible malediction, que le petit groupe désormais unis brisa.
Parseis l'Aquilonien, un filou rusé et habile avec ses penchants pour les femmes de petite vertue.
Elorie, archère espiègle et frivole qui préfera l'étreinte d'une femme aux liens des siens.
Heinskaldir, surnommé "La Ruine" ou "l'Ancien", Aesir brutal mais loyal aux siens cachant sous sa rudesse une profonde tendresse envers ses amis.
Solveig, enfant mère avant l'âge, ayant connu une vie plus sombre à 17 printemps que celle d'un vétéran au crepuscule de sa vie..
Sans oublier les autres, Xanthya, Ery', La Louve et leur histoire d'amour interdite, Az', Derek, Alesya, Ruda le parain de ses enfants, Aleni, Quilan, La Rose Noire, Eleawyr, Adelicia, Tyriane, Lyse...




Au fil du temps, l'affection pour ces gens s'était mué en amour, comme un père qui aime sa famille. Mais la bienveillance du patriarche s'était toujours dissimulée sous un masque de rudesse abrupte. Oh sans nul doute que beaucoup savaient ce qui se cachait en dessous, mais il est des choses qui sont ainsi. Et si une Mère peut soulever des montagnes pour protéger ses petits, dîtes vous qu'un père est prêt à tous les sacrifices, toutes les ruses pour le bien des siens...
L'humble guerrier sans clan qui errait sur les chemins d'Hyboria s'était mué en chef de famille, il fonda un foyer, une nouvelle terre où ils auraient enfin tous un toit, un refuge.


Mais pour protéger ce doux foyer, pour lui assurer sécurité et prospérité il fallait se prémunir contre la faim, la guerre et la pauvreté. Alors le cimmérien endossa encore un nouveau rôle pour pouvoir endosser cette écrasante responsabilité. Il devint d'abord tavernier à Tesso. C'était une époque joyeuse et propsère bien qu'animée par les rixes avec les brigands de passage. Mais cette période fut marquée à jamais par la perte de Nayaa, assassinée au sein de la Taverne même... Depuis ce triste jour, chaque fois que le Cimmérien se rendait à Tesso, il déposait quelques pétales de Lotus à l'endroit où elle rendit l'âme. Finalement la taverne fut fermée quand une guerre locale conduit à son explosion.


Alors, pour maintenir la prospérité de sa famille, de ceux qui dépendaient de lui, il utilisa ses connaissances et ses contacts pour devenir négociant en alcools. Il approvisionna nombre de tavernes en alcools réputés, vendant même du vin d'épine dont la recette lui avait été transmise par son Grand Père. C'est à cette époque que les premiers changements apparurent. Ce fut son épouse qui les remarqua les premiers. Du paisible et jovial tenancier, il était passé à un négociant avide et prêt à tout pour conserver son monopole. Peu contestèrent ses mesures parmi les siens, même quand il leur arrivait de tabasser parfois à mort un concurent, ou un producteur réticent.
Parfois, quand la sollitude lui permettait, le commerçant qu'il était jetait un coup d'oeil rapide derrière son épaule et contemplait le jeune guerrier d'autrefois, avec amertume. Mais le bien être des siens exigeait certains sacrifices, et il avait déjà accepter de tous les payer..


L'or s'accumula en même temps que les contrats. Petit a petit, tenté par l'attrait d'autres activités, il ouvrit ses "services" et etoffa son catalogue. Pour beaucoup il était devenu cupide et sa soif de richesses semblait impossible à étancher. Hélas, tous se trompaient. C'est un cruel destin qui se présentait à lui, un chemin qui était déjà devant ses pieds duquel il ne pouvait plus faire demi tour. En souhaitant à tout prix protéger les siens, il s'était aventuré sur un terrain glissant duquel on ne revient jamais indemme, si jamais on revient.. Ses petites magouilles commerciales prirent place dans un tissage de complots entre d'autres groupes ou familles puissants.


Alors, devant ces menaces potentielles, il combatti le feu par le feu. Il trouva même des alliés au sein d'une autre famille tenue par un eleveur de porc, un partenariat très rentable au deux entités. En parallèle il ne cessait de tisser sa propre toile de manigances et de complots, récoltant des informations, en distribuant d'autres, vraies ou fausses. C'est un jeu pervers où l'on ne peut pas se retirer. Car celui qui tente de quitter cet échiquier pervers ne peut obtenir d'aussi bonnes informations que les autres, et sa retraite leur donnera une cible toute faite pour orienter ceux dont ils veulent être débarassé ou preservé pendant un temps. Cette manoeuvre il l'accomplit lui même plusieurs fois, envoyant des armées impitoyables sur des gens qui eurent le malheurs de représenter directement ou non une menace pour sa famille.


Plusieurs fois, sa femme qui ne l'avait jamais abandonné même dans ces moments glauques où il n'hésitait pas à trahir ceux lui faisant confiance, tentait de percer à jour cette carapace de commerçant. Et elle vit avec douleur le poids que son époux portait, et la façon dont au final il le vivait. Il avait honte. Tellement honte. Son reflet lui donnait la nausée, et sous ses sourires commerciaux et faux se tenait un visage amer et nostalgique de l'homme qu'il était. Il n'a jamais été le plus gentil, le plus bon ou le plus honnête homme quand il était plus jeune. Non, loin de tout ça, ce n'était qu'un homme, un guerrier, un cimmérien. Mais un homme honnorable..


Et il fallut que celle à qui il tenait par dessus tout soit tuée pour que ce masque se brise et que les priorités de sa vie telles qu'elles auraient toujours du être ne se révèlent enfin à lui. Ou peut-être pour qu'il soit enfin capable de les contempler en face. Jamais tout cela n'aurait du arriver. Il avait jadis un rêve.
"La femme, les gosses, la terre."
Et ce rêve lui était ôté. Sa femme, ce qui restait de bon et de bien en lui était parti, arraché...


Alors il choisit de faire encore un sacrifice, le dernier, même s'il allait peut-être lui coûter ce qui lui restait de son âme. Il y avait parmi les siens et parmi ce monde des choses, des forces capables de plier la vie, et parfois la mort. Il était prêt à tout donner, tout renoncer pour que cette injustice soit réparée. Peu furent témoin de ce rituel impie qui devait rouvrir les portes de la mort pour ramener Jahinya. Les deux chamans qui accomplirent ce prodige faillirent y laisser leur propre vie. Et, sur le moment, le cimmérien s'en moquait malgré l'affection qu'il leur portait. Seule comptait Jahinya, seule comptait la mère de ses enfants. Et elle lui fut ramenée.


C'est après cet épisode qu'il prit ce choix. Ses affaires étaient en ordre, la relève avait été formée en amont, comme si quelque part il avait su ou prévu ce dénouement ; se retirer loin de tous ces complots, de ces manigances qui l'avaient perverti et partir s'occuper de son épouse, de ses enfants, et de ses terres. Peu avant son départ il en apprit long sur certains des siens, mais cela n'avait plus guère d'importance. Sa vraie famille était là, dans ses bras et ceux de sa femme, et quand bien même il avait été trahi par certaines, il ne pouvait lever la main contre celles qui ont contribué à lui rendre son épouse. Alors, il partit vers ses terres, tâcher d'être un bon chef de famille et redevenir un homme honnorable..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lantre.exprimetoi.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Sentiers de la Sollutide..   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Sentiers de la Sollutide..
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Délaisse les grandes routes, prends les sentiers » __ Noah L. Butler [100%]
» Les sentiers de la rédemption [Ambre Natania]
» Sentiers d'Armorique le 10 avril 2016
» Les petits cailloux d'amour
» L'île du Levant...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Bataille d'Urfa :: Les anciennes prophéties :: Les Sentiers de la Sollitude..-
Sauter vers: