La Bataille d'Urfa

La légende des Paladins et des Prophéties oubliées
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» [Chronique] Les sentiers de la Paternité..
Dim 24 Mai - 20:23 par Narrateur

» Chapître I : Genèse
Dim 15 Juin - 20:04 par Narrateur

» Les Sentiers de l'Héritage
Jeu 15 Mai - 5:11 par Narrateur

» Bile, Cornes & Acier..
Mer 11 Juil - 19:19 par Narrateur

» Tranches de vies et tranches de lard..
Mer 11 Juil - 19:17 par Narrateur

» Chapitre II : La voie des armes
Mer 11 Juil - 19:16 par Narrateur

» Chapître I : Deux frères
Mer 11 Juil - 19:15 par Narrateur

» Les Sentiers de la Vie..
Mer 11 Juil - 19:12 par Narrateur

» Les Sentiers de la Spiritualité..
Mer 11 Juil - 19:05 par Narrateur

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Découvrez la playlist DedeRock avec Ours (2)

Partagez | 
 

 Chapître I : Deux frères

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Narrateur

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Limbes

MessageSujet: Chapître I : Deux frères   Mer 11 Juil - 19:14

Introduction.



Nombre de destinées voient le jour sous des étoiles lointaines et accessibles, comme les rêves mortels. Elles sont comme autant de lignes, de comètes éphémères qui illuminent les cieux un fugace instant. Et parfois, il arrive que certaines se croisent, se chevauchent ou même se suivent..

Des destins mêlés par un hasard curieux, un destin mystérieux ou une main cachée dans l'ombre. On dit que peu de choses sont sûres quand à ces vies liées, nul ne saurait dire si la gloire, le succès ou le malheurs les attend. Mais les anciens s'accordent à dire que quoi qu'il leur arrive, ils le traverseront ensembles, jusqu'au bout..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lantre.exprimetoi.net
Narrateur

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Limbes

MessageSujet: Re: Chapître I : Deux frères   Mer 11 Juil - 19:14

Village de Tolbas, il y a longtemps...



Le matin arrosait de ses timides rayons le village à demi endormi alors que les premières fumées s'élevaient ça et là dans le hameau. Peu à peu les habitants s'activaient et la routine installait son cycle quotidien. Certains partaient travailler les champs et s'occuper du bétail tandis que leurs épouses rangeaient la maison et s'affairaient déjà à préparer le repas. Quelques enfants égayaient le village de cris et de rires par leurs jeux, coupés souvent par les remontrances de mères inquiètes mais vigilantes. Et un peu à l'écart du village résonnaient les coups de marteau de la forge dans un écho constant et quasi perpétuel. Le marteau était brandi par un homme large d'épaule et à la toison dru nommé Bartuc Delmeth, forgeron de son état, comme son père avant lui et son grand père encore avant. Aion lui avait donné un seul enfant, un fils curieux et admiratif de son père à l'ouvrage qu'il avait appelé Khan. L'enfant, vigoureux et parfois turbulent aimait passer ses journées à regarder son père donner vie au métal avant que celui-ci ne le gronde de tirer au flanc au lieu d'aider sa mère.


Ainsi passèrent les mois, puis les premières années du tout jeune Khan, jusqu'au jour où en rejoignant les autres enfants du village pour jouer, il les trouva tous à tourmenter un inconnu. Un garçon du même âge qu'eux à peu près mais que personne n'avait jamais vu auparavant ici même. Et pour cette différence, ce maigre détail, il était la risée des autres teignes du village. Il est dit que l'homme possède en lui les germes de la cruauté dès son plus jeune âge, et à voir certains enfants agir, conscients ou pas il est aisé d'appuyer ce dicton... Mais si les humains ont dans une main la faculté de détruire et de montrer ce qu'il y a de pire en eux, ils ont dans l'autre main le don inverse. Celui de créer, d'embellir et de tendre vers ce qu'on a appelé plus tard la noblesse.

"Fichez lui la paix ou ça va mal aller !"

Alors, comme si deux lignes venaient enfin de se rencontrer, le fils du forgeron et l'étranger se mirent dos à dos malgré leur âge et se bagarrèrent cote à cote. Hélas, même une fraternité guidé par le destin lui même n'est toujours suffisante pour faire front à la bêtise humaine, surtout lorsque celle-ci est en nombre. Les gamins laissèrent les deux comparses au sol, des bleu et des larmes de douleur en guise de message. Le jeune Khan se releva péniblement et frotta ses genoux écorchés et frotta sa tunique pour en enlever une partie de la poussière.

"Allez viens ! On va se venger et leur casser la figure !" Dit-il à son compagnon d'infortune qui se releva sans dire un mot.

"D'accord ! Mais c'est quoi ton nom à toi?" demanda l'étranger

"Moi c'est Khan, j'suis le fils du forgeron, mon père s'il veut il les casse en deux ces crétins !" répondit Khan.

"Je m'appelle Ishmael..je viens de Poéta je crois.." dit-il un peu confus

"Ah chouette ! Tu me raconteras mais là faut qu'on y aille sinon ils vont se réfugier chez leurs mères !" s'exclama Khan.


Et c'est ainsi qu'ils partirent sur le chemin tumultueux de la vengeance et de la camaraderie. Un chemin dont ils ignoraient l'étendue et la portée, qui dépasserait les saisons et les siècles. C'est à la nuit tombé que le jeune Khan retourna à ses foyers, les vêtements tâchés de sang et déchirés, mais la mine fière et engaillardie. Une frêle silhouette lui emboîtait le pas et osa à peine se présenter sur le seuil de la porte malgré les encouragements du fils du forgeron. Les parents du jeune Khan haussèrent un sourcil mais les éclats de leur fils qui leur présenta Ishmael comme sans famille ni foyer réussirent à toucher leur coeur et leur conscience. C'est ainsi que sous la bénédiction des étoiles, le jeune Ishmael trouva un foyer, une famille et surtout un frère..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lantre.exprimetoi.net
Narrateur

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Limbes

MessageSujet: Re: Chapître I : Deux frères   Mer 11 Juil - 19:14

Village de Tolbas, 16 ans plus tard..




La nuit tombait sur le paisible village qui sombrait peu à peu dans une léthargie progressive au faire et à mesure que le jour déclinait. Toutefois, un tintement lointain s'obstinait à s'élever alors que les fenêtres s'ornaient de bougies et de lumières. L'écho rebelle provenait d'une forge encore allumée où un marteau continuait de marteler le métal incandescent. Une silhouette massive abattait avec énergie son outil sur l'enclume malgré l'heure tardive. Le jeune homme à la toison brune travaillait déjà depuis plusieurs heures et semblait focalisé sur ce qu'il essayait de créer. La sueur ruisselait sur son torse qui s'animait comme le soufflet de sa propre forge. L'air était devenu étouffant et la chaleur quasiment insupportable, mais il continuait toujours, inlassablement.
Puis un léger sifflement coupa le vacarme séquencé produit par son œuvre et attira son attention. Une silhouette se tenait dans l'entrée de la forge, tenant à la main quelques gibiers abattus au cours d'une partie de chasse.


"Allez amène toi, il est tard et il fait faim.."


Le forgeron posa son marteau et plongea le métal en fusion dans un bassine d'eau ce qui provoqua un violent nuage de vapeur. Il quitta sa tâche et empoigna sa tunique pour se diriger vers la sortie. Le retour de son frère et la promesse d'un bon repas avait finalement vaincu sa détermination au travail. Il rejoignit son frère dans la maison de leur père qui se reposait auprès du feu. Une marmite chauffait non loin et le parfum qui s'en échappait chatouillait les papilles des deux jeunes hommes. Leur mère était affairée à coudre un gilet auprès de son époux et un vieux chien dormait aux pieds de ses maîtres. Cette dernière eut un geste de surprise en voyant rentrer ses deux fils et le gibier rapporté. D'un sourire protecteur, leur aîné les invita à le rejoindre tandis que son épouse prit le gibier pour le ranger. Les hommes discutèrent de leur journée sous le regard bienveillant de leur mère qui écoutait leurs paroles tout en s'affairant à ses tâches. C'était un discours entre hommes idéalistes, les divagations de doux rêveurs et de jeunes garçons qui guettaient avec impatience le vaste monde qui les attendait aux portes du village. Le vieux forgeron avait tâché de calmer les ardeurs de ses fils du mieux qu'il put toutes ces années, mais ce brasier qui les animait, ce désir d'aventures ne cessait de croître au fil des mois.


"Un jour frérot, on partira tous les deux de ce village, et on verra le monde par nos propres yeux, tu verras."


Cette promesse, ce serment d'Ishmael un soir de veillée résonne encore à ce jour dans l'esprit de l'apprenti forgeron. Les mois suivants furent à la fois courts et longs dans la vie des deux frères. L'un continuait de s'exercer à la forge, comme acceptant le destin de sa naissance, celui de devenir forgeron à la suite de son père, l'autre chassant la journée et s'exerçant à l'épée en cachette durant ces escapades. Depuis ce jour où son frère lui en avait créée une par son propre labeur, il s'entraînait avec inlassablement, partageant ses progrès et observations avec ce dernier. Le village de Tolbas n'avait pas de milice en ces temps, juste quelques solides gaillards plus rodés aux travaux des fermes que des hommes d'armes. Cette lacune tourmentait Ishmael par moments, non pas pour assouvir ses pulsions d'aventures et de vie plus trépidente que celle offerte par le village, mais par soucis de sécurité des villageois. Et quand ces inquiétudes remontaient auprès des concernés, ceux-là souriaient gentilment, pour ne pas froisser ces nobles attentions, futiles visiblement à leurs yeux. C'est à ce jour que d'après le jeune Khan, quelque chose se brisa entre Ishmael et ce village avec lequel il avait commencé à tisser quelques liens. Il ne parla presque plus depuis lors, excepté à son frère, se contentant des politesses élémentaires visi à vis des autres membres du village.


"Je vais m'engager dans l'armée frérot. Ma place n'est plus ici... J'suis désolé de t'abandonner avec père et mère, vous avez fait tant pour moi."



Khan leva le nez vers des étoiles voilées par quelques nuage puis se tourna vers Ishmael.


"Si ta place est dans l'armée, alors la mienne aussi, mon frère."



Ishmael ne dit rien, et se contenta de hocher la tête symboliquement. Les nuages s'effacèrent alors, et les étoiles furent témoins de ce serment, qui allait visiblement changer leur vie à tous les deux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lantre.exprimetoi.net
Narrateur

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Limbes

MessageSujet: Re: Chapître I : Deux frères   Mer 11 Juil - 19:15

Ailleurs...








Une main agile repose sa plume avec soin pendant un fugace instant, et tous observent dans un silence religieux ses moindres gestes.
La voici qui tourne lentement cette page fraîchement écrite et qui à nouveau empoigne sa plume pour y inscrire la suite de cette destinée.









Fin du premier chapitre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lantre.exprimetoi.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chapître I : Deux frères   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chapître I : Deux frères
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Deux frères, un bavard et un farceur [PV]
» Katsuku
» Le Majestueux Manoir McGregor [PV les deux frères Kirkby]
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Bataille d'Urfa :: Les anciennes prophéties :: Les Sentiers de l'Elevation..-
Sauter vers: