La Bataille d'Urfa

La légende des Paladins et des Prophéties oubliées
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» [Chronique] Les sentiers de la Paternité..
Dim 24 Mai - 20:23 par Narrateur

» Chapître I : Genèse
Dim 15 Juin - 20:04 par Narrateur

» Les Sentiers de l'Héritage
Jeu 15 Mai - 5:11 par Narrateur

» Bile, Cornes & Acier..
Mer 11 Juil - 19:19 par Narrateur

» Tranches de vies et tranches de lard..
Mer 11 Juil - 19:17 par Narrateur

» Chapitre II : La voie des armes
Mer 11 Juil - 19:16 par Narrateur

» Chapître I : Deux frères
Mer 11 Juil - 19:15 par Narrateur

» Les Sentiers de la Vie..
Mer 11 Juil - 19:12 par Narrateur

» Les Sentiers de la Spiritualité..
Mer 11 Juil - 19:05 par Narrateur

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Découvrez la playlist DedeRock avec Ours (2)

Partagez | 
 

 Les Sentiers du Salut..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Narrateur

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Limbes

MessageSujet: Les Sentiers du Salut..   Mar 3 Jan - 14:29

Mathosia, dans les flammes..



Les cris..
Le feu..
Le sang..tout ce sang..

Et la mort qui frappe du ciel..encore..
Ma famille...mes fils..
La grange brûle.. un cri..!

Mes enfants fuient terrorisés..
Plus vite.. par les dieux courrez plus vite..
Ces monstres.. ils... NOOOOON !!





Je ne vois plus la fumée noirâtre qui s'élevait de mon village, ni les cris des miens. Tout cela semble si lointain à présent. Étrange je ne ressent pas de chagrin. J'aperçois ma femme et mes fils qui me font signe. N'était-ce qu'un rêve après tout ?
Mais soudain je chancelle, sous le regard surpris de ma famille. Ils sont terrorisés à nouveau. Pourquoi ?!
Je me sens défaillir, mes forces me quittent et entraînent avec elles mon
esprit qui peu à peu est aspiré par de bien trop accueillantes
ténèbres..
Je sens...la douleur dans mon corps.. et des mains..chaleureuses où coule la vie..

Laissez moi...
Rendez moi..ma famille....
Pitié..




Des larmes coulent sur mes joues.. Pourquoi m'avez vous arraché aux miens..encore ? La mort n'était donc pas assez cruelle ?!

"Tu as été choisi Être Élu, pour protéger et sauver Telara. Longue est ta destinée, mais ce monde et ses Dieux comptent sur toi et les autres êtres Élus."

"Je veux retrouver ma famille ! Vous m'entendez ?! Ramenez moi là-bas ! Je ne suis pas un soldat ou un guerrier ! Prenez en un autre ! Rendez moi ce que vous m'avez arraché !"

"Tu as été choisi. Tu retrouveras les tiens quand ta destinée sera accomplie."


"Je... Je vous HAIS !! Vous m'entendez ?! Vous n'valez pas mieux que ces dragons et leurs cohortes !!!!
Revenez !!! Libérez moi !!"


Dernière édition par Narrateur le Ven 6 Jan - 19:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lantre.exprimetoi.net
Narrateur

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Limbes

MessageSujet: Re: Les Sentiers du Salut..   Mar 3 Jan - 14:29

Mathosia, ou ce qu'il en restait après l'Ombre..



La guerre en soi est une horreur, une tragédie qui ne laisse jamais aux larmes le temps de sécher. Alors qu'il pleurait sa famille à laquelle on venait l'arracher une seconde fois, la silhouette ailée responsable de ses nouveaux tourments pointa du doigt plusieurs silhouettes cadavériques qui courraient vers lui. Et puis le Veilleur s'en alla, laissant l’Élu autant à sa destinée qu'en pâture à ces engeances..
Ces monstres... Ils avaient saccagé son pays, brûlé son foyer.. et lui avaient pris ceux qui lui étaient le plus cher. De rage il serra fort ses poings, jusqu'à faire blanchir ses articulations, mais eut la surprise non désagréable de ressentir la froideur du métal. Ses doigts agrippèrent la garde de cette épée et il sentit monter en lui un brasier qu'il n'avait jamais ressenti de sa vie de mortel.

Plus ses atrocités accouraient vers lui, plus sa rage montait. Mais étrangement, il se sentait calme. Confiant. Serein. Son premier assaillant bondit sur lui tout crocs dehors, ses orbites vides brillant d'un éclat malsain. Il ne disparut que lorsque ses dents se brisèrent sur la garde de la lame qui jaillissait jusqu'à l'arrière de son crâne. Retirant son arme, l’Élu fixa ses autres opposants. Sa colère ne faiblissait toujours pas. Son cœur battait sa poitrine comme autant de tambours de guerre. Des tambours qui ici ne vivaient que pour ça, qui n'attendaient que ça. La guerre. Et ce martèlement se répandait jusque le long de ses tempes, ravivant par la même l'abominable souvenir de ses proches perdus.


Un second laquais du seigneur de la Mort chargea, armé d'une masse dangereusement garnie de pointes maculées de sang pas encore séché. Le fer rencontra le fer. Une nuée de corbeaux zébra les cieux effrayés par ce vacarme. Étrange, l'engeance ne semblait pas connaître la fatigue, ni la pitié d'ailleurs. Il ne faisait aucun doute pour l’Élu qu'elle aurait gaiement ripaillé de ses entrailles encore chaude s'il venait à faillir. Alors une pointe acérée vînt frôler son œil et l'arracha à ces pensées. D'orgueil, il trancha la main de son adversaire putréfié avant de lui ôter la tête qui affichait encore un air indigné.

Mais un dernier obstacle se dressait à présent. Une dernière créature, restée en retrait depuis le début et dont les orbites semblaient habitées par une lueur d'intelligence cruelle. Celle ci murmura quelques paroles inaudibles, et l’Élu sentit aussitôt ses jambes trembler et fléchir sous son propre poids. Alors le sorcier maudit ricana, comme une scie grattant des os. Instinctivement, l'humain leva la main, mais eut la surprise de sentir cette malédiction s'atténuer peu à peu. Lui qui n'avait jamais été familier de près comme de loin à la magie fut saisi de stupeur en se voyant manipuler ces énergies avec tant d'aisance.. Comme si c'était instinctif.. Comme si il avait toujours su faire ça.. Comme si c'était quelqu'un d'autre qui faisait..

D'un geste vif il renvoya l’énergie qu'il avait drainé sur son opposant qui la chassa tout aussi facilement. Mais le sorcier n'eut pas le temps de préparer un second maléfice que déjà une lame l'embrochait de bas en haut pour remonter avec sadisme jusqu'à son cou avant que sa tête elle aussi ne roule sur le sol. L'Élu fixa la scène les yeux exorbités. Une partie de lui voulait vomir devant ce carnage et ce sang répandu. Une autre avait envie de brandir ses armes vers les cieux en défiant l'Ennemi de recommencer. Et puis, il sentit peu à peu son esprit reprendre possession de son corps, mais toujours les tambours, et toujours la guerre qui martelait son chant funeste dans son âme... Il avait soif de vengeance, soif de sang. Tel était son rôle.

"Par les dieux.. qu'avez vous fait de moi..?"[img][/img]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lantre.exprimetoi.net
Narrateur

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Limbes

MessageSujet: Re: Les Sentiers du Salut..   Ven 6 Jan - 20:04

Sanctum des Veilleurs, peu avant le retour des Élus..




"Ceci est un outrage et un blasphème !"

"Je maintiens juste que l’appui inattendu de ce groupe de renégats a pu faire basculer l'issue de la bataille en notre faveur à tous et nous a permis de repousser l'Ennemi. Si nous nous coordonnions avec eux n.."


"Assez !!"

La voix de Cyril Kalmar gronda comme l'orage. Les hauts dignitaires des Gardiens présents se figèrent et ne dirent plus un mot, attendant que se calme la tempête que l’Élu avait une nouvelle fois attisée. Face au champion des Gardiens se tenait un homme aux cheveux gris, les traits tirés par la fatigue et le regard arborant un mélange de révolte et de mélancolie. Ce dernier avait une nouvelle fois mis à mal les principes fondamentaux des Gardiens alors qu'il faisait son rapport sur les fronts où il avait été dépêché. Il avait d'ailleurs hâte d'y retourner, préférant la franchise - certes sanglante - de la bataille que la mentalité de ses propres concitoyens. C'est d'ailleurs à cause de ce genre d'idée que l’Élu répondant au nom de Drelnas n'était pas vraiment en odeur de sainteté à Sanctum, tout Élu qu'il soit.

L'entretien avec les dignitaires fut court et même abrégé officiellement pour d'autres réunions. L’Élu avait pleinement conscience que son discours indisposait manifestement ses supérieurs car il contestait ouvertement la guerre contre les Renégats et prônait en exemple le "règne" de Zareph. La mort de ce dernier fut presque autant douloureuse que la perte de sa famille tant les conséquences furent désastreuses. Car depuis il fallait luter contre un ennemi tout aussi sournois et implacable que la menace des plans : son prochain. Mais en voulant dénoncer cette perte de vie, d'énergie et de temps qui ne profitait selon lui qu'à l'Ennemi - les plans et leurs séides - il s'était attiré les foudres des plus belliqueux de ses compatriotes.

Sans doute avait-il échappé à la prison et autre sanctions réservées aux traitres de part son statut d’Élu et ses faits d'armes. Il est vrai que peu d’Élu étaient restés sur Telara une fois Aedraxis vaincu. Nul ne savait où avaient été rappelés les autres. Et au fond de lui, il les enviait. Oui, il aurait voulu être rappelé pour rejoindre sa famille plus que tout au monde.
Mais au lieu de cela, on l'avait laissé en arrière, dans un monde à l'agonie où l'on ne pouvait plus regarder les cieux sans angoisses. Déjà presque vingt années de batailles, de guerres sans fin. Mais malgré cette ferveur à défendre cette terre, ses prières n'étaient toujours pas exaucées. Il arpentait toujours Telara et n'était pas autorisé à retourner parmi les siens.

Souvent, au fil des années, il avait l'impression de n'être qu'un outil, un pion. Comme si la vie qu'on lui avait offert malgré lui n'était qu'un leurre. Oui, comme s'il n'en était pas propriétaire ou décisionnaire... Son existence n'était qu'une succession de batailles, souvent désespérées et de voyages menant à d'autres batailles. L'unique chose qui le faisait encore avancer était cet espoir insensé qu'un jour, oui un jour peut-être, quand il aurait massacré assez de créatures planaires, alors on le libérerait...
Un messager vînt lui porter un courrier où était inscrit sa prochaine affectation : Le désert

Soupirant, il se mit en route sans perdre de temps soulagé de quitter cette ville où la Foi se faisant passer pour Vertue prônait la guerre et le massacre. Une croisade tout aussi sanglante que celle des Plans, mais au nom de quoi ? Ou bien de qui ? Les années passant il en venait à douter des Veilleurs , messagers des Dieux, et de leurs discours qui s'éloignaient parfois de ce que le dogme prêchait. Ce monde semblait se consumer dans la folie et il regrettait que même ceux sensés dispenser la parole sacrée s’égarent si loin... Ou peut-être était-ce lui qui avait tort depuis le début, qui sait ? Etait-il un ingrat de cracher sur ceux qui lui avaient offert une seconde vie ?
Le Désert...Ses missions le menaient de plus en plus loin de Sanctum, ce qui n'était pas pour lui déplaire non plus. Chacun y trouvait son compte.

Loin de la cité et de ses vertueux fanatiques, il pouvait se perdre à espérer et à rêver, quand la guerre ne le rattrapait pas. Rêver d'un monde unifié faisant front commun contre les Plans. Un monde où ses habitants prendraient tous conscience des réalités et des vrais enjeux de ce conflit. Une Telara où l'Espoir refleurirait tel un immense champs comme il en voyait de son vivant d'antan...
Alors peut-être pensait-il, serait il alors libéré de son fardeau...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lantre.exprimetoi.net
Narrateur

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Limbes

MessageSujet: Re: Les Sentiers du Salut..   Dim 15 Jan - 20:35

Cette histoire a été scellée.










Mornelande...






Sur la plaine balayée par un vent glacé qui ne colporte plus au loin les chants et cris de vie des villages de Mathosia, une femme et un garçon observent.
Ils contemplent l'homme qui repart à présent vers ce qui lui avait été si longtemps interdit. L'éventualité d'un avenir, d'une vie autre que celle de l'esclavage sanglant, de la froide besogne meurtrière des Élus.
Une éventualité qu'il s'était lui même interdit, au delà de la punition dite divine qu'on lui avait offert. Et, au bout de vingt années de batailles, de sacrifices et de trop rares illusions, la muraille qu'il s'était lui même bâtie commençait à se lézarder... Hélas, malgré ces fissures que le Champ de Fleurs parvenait à créer, malgré les intrusions qu'il lançait à travers ces brèches, lui seul qui détenait la clef de sa propre prison, lui seul pouvait lui ouvrir la forteresse de son cœur et de son âme, le pauvre, le damné imbécile... Il mériterait que je plonge mes crocs dans sa chair pour le réveiller.


Un blasphème, car dans cette seconde vie la joie, le bonheur et la chaleur n'étaient plus que de vagues souvenirs, comme imprégnés dans la mémoire de ces âmes qui chuchotaient sans cesse en son sein. Un songe qui semblait si loin, si flou que malgré lui il se sentait perdre peu à peu le fil de ses propres souvenirs. Oh pourtant il tentait de s'y accrocher désespérément à ses souvenirs, et à chaque fois l'implacable réalité du deuil lui lacérait le cœur..
Mais il devait revenir ici, oui là même où jadis il avait vécu. Là où jadis il avait aimé une première fois. Là où il était mort. Là où ils étaient tous morts ce jour là... Il devait en ce jour à nouveau fouler sa terre, sa pauvre terre meurtrie par la corruption et souillée par son propre sang et celui de sa famille. Retourner à l'endroit qu'il redoute le plus en ce monde, qui le terrorisait même jusque sur un champ de bataille. Oh comme il craignait tant qu'en parcourant son foyer saccagé il entende à nouveau les cris et l'agonie de ceux qu'on lui avait arrachés par deux fois déjà...


C'est une terreur innommable et peu souhaitable à son prochain que de ressentir comme si vous la viviez vous même l'agonie et le cauchemar éveillé de quelqu'un de proche. Et à travers le temps et les années passées, ce funeste don était devenu sien. Ô combien de charniers gisent sous nos pas, là où nous ne nous en doutons guère, remplis d'âmes écorchées qui gémissent encore leur douleur.. Il y en a tant... tellement que voyager devient une torture parfois, et certains lieux ou champs de bataille se muent en une terrible épreuve pour ne pas perdre la raison. C'est pour cela que je suis né. Mais même moi, je ne puis le protéger de ce qu'il redoute tout au fond de lui. Il ne parvient pas à le dire avec ses mots, mais il tremble en son être, il craint le jugement de sa famille sur cet idylle naissant avec son Champs de Fleurs. Et c'est pour cela qu'il est revenu, pour leur demander pardon, ainsi que leur bénédiction. Je redoute d'avance la souffrance que nous allons tous deux partager.


L'écho de la vie ici résonne encore faiblement malgré le carnage qui a ravagé ces lieux. C'était une belle ferme, et une famille humble mais heureuse. Ce bougre m'empêche d'être le vaisseau de leur souvenir, comme s'il voulait que cette confrontation soit strictement entre eux. C'est son droit après tout. Alors j'observe...
Nul ne saura vraiment ce qui fut échangé durant ce rituel, mais je ne l'ai jamais connu si vulnérable et si repentant. Peut-être a t-il pu trouver une part de ce repos qu'il mérite tant, et après lequel il a tant attendu. Des larmes zèbrent son visage, chose rare s'il en est. Finira t-il par ployer sous la culpabilité, broyé par ses remords, ses scrupules légitimes à vouloir intrinsèquement vivre.. vivre comme les autres et non plus simplement survivre..? C'est une cruelle farce que cette fausse après-vie qu'on lui a donné, car il semble que peu d'issues s'offrent à lui et qu'il en a souvent refusé la plupart.


Toutefois, il semble qu'enfin il ait pu se libérer d'un peu de ce fardeau qui l'accable au quotidien. Pas courageux, plutôt téméraire il a enfin fini par abattre ses propres murailles qui le séparent des sentiments des mortels. En sera t-il plus heureux pour autant ? Seul l'avenir nous le dira. Quand à moi j'ai hâte de voir cela de mes propres yeux, marchant et combattant à ses côtés...
Alors qu'il quitte son foyer je me retourne, et j'observe la stèle qui nous regarde partir. Je me plais à croire qu'il a eu leur bénédiction et que là où ils sont, ils se réjouissent pour lui..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lantre.exprimetoi.net
Narrateur

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Limbes

MessageSujet: Re: Les Sentiers du Salut..   Lun 23 Jan - 17:59

Quelque part dans le désert où l'Espoir n'est qu'une fine lueur blafarde..






Le félin contemplait le guerrier assis et immobile en face du feu de camp. Ce dernier s'était prostré là depuis que l'astre commençait à décliner aussi sûrement que la récente joie de vivre qui l'habitait. Pour une fois l'animal montrait clairement des signes de culpabilité et de soumission en public, chose rare, lui qui d'habitude s'épanchait en démonstrations de pacha. Le familier n'osait que rarement poser ses deux opales sur son compagnon
humain depuis qu'il lui avait fait part de cette sinistre découverte.

"Elle porte sur elle l'odeur d'un autre homme.."

Et, en quelques mots l'Espoir retrouvé, la Joie, et tout ce que le Champ de Fleurs avait ressuscité fut noyé dans une tempête de chaos et de tourmente qui balaya toute raison et toute issue à ce maelstrom d'émotions incontrolables. Ne restait plus que la douleur, et le sentiment amer d'avoir été trahi à la mesure de sa propre trahison envers sa famille. Etait-ce là une ironie de plus des Veilleurs et de leurs messagères ..?
Le souvenir de Whitetear lui revînt fugacement en mémoire, cette douleur qu'il ne souhaitait à personne, et qu'il expérimentait à présent.

Il posa son regard sur le félin qui se redressa aussitôt avec lenteur et grâce, prêt à accueillir le fardeau qui lacérait l'âme de l’Élu. Mais ce dernier secoua la tête. Il était trop tôt encore pour entamer ce cruel rituel. Et, dans cet état de détresse, l’Élu aurait pu déverser bien trop de son âme et de ses affects au point de perdre à jamais l'essence même de ce qu'il était. Le félin parut soulagé de ce répit qu'il savait n'être que provisoire. Ses rêves, ses promesses animaient encore ce corps usé et meurtri, comme autant de fils funestes d'un marionnettiste cruel, ne lui laissant aucun salut. Et pour tenir ces serments, il devait se séparer de tout cela. Tous ces sentiments à la fois anciens et nouveaux avec lesquels il avait renoué. Tous il devait les sceller...

"Tu vas y perdre ce qu'il reste de ton âme, ton humanité à terme.."

Personne autour d'eux ne s'était avancé. Il n'y avait que le craquement du feu, et le félin qui reposa sa tête sur le sol après avoir fixé l’Élu longuement. Ce dernier contempla l'animal étendu un instant, puis sortit son luth de sa besace et le posa devant lui.

"Je ne le sais que trop... Mais ce fardeau n'est pas le votre, personne ne devrait endurer cela.."

Alors, le félin posa ses pattes devant sa tête préférant ne pas contempler cette déchirure d''âme que l’Élu allait s'infliger.
Qu'il est cruel que le destin mette à genoux ceux qui n'aspirent qu'à renouer avec le goût de la vie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lantre.exprimetoi.net
Narrateur

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Limbes

MessageSujet: Re: Les Sentiers du Salut..   Mar 31 Jan - 21:58

Auberge des Chutes Blanches...





Un homme observait en silence les flammes dévorer une grosse buche de frêne dans la cheminée devant lui. A ses côtés se tenait un imposant félin qui s'était couché près du feu et qui contemplait l’Élu perdu dans ses pensées..


La Graine n'est plus, le rêve de l'Arbre s'en est allé.
Ses larges branches touffues ne pourront abriter tous les innocents,
Car l'Arbre n'a pu fleurir, déjà fané alors qu'à peine né...
Et les malheureux ne connaîtront pas l'espoir d'un nouveau firmament.

Ô tragédie, ô destin capricieux
Qui fauche l'Espoir comme de jeunes blés
Alors que tous regardent les cieux
Priant pour de sourdes divinités..

L'Arbre nous a quitté, sans se retourner vers les siens
Nul ne connaîtra la chaleur qu'il portait en son sein
Ô monde abandonné à la merci du désespoir
Orphelin d'une de tes graines qui repoussent le noir..

Ne reste que le rêve fugace de cet Arbre qui aurait du être
Et de l'espoir engendré sous l'ombre de son feuillage
La forêt pleure, en deuil de l'un de ses enfants à naître
Accablée, elle semble avoir de loin perdu de son ramage..

Alors, si jamais une graine pouvait être replantée,
Peut-être qu'un nouvel Arbre pourrait alors germer
Et accomplir ainsi cette destinée symbole d'espérance
Promesse de paix, de compassion et de tolérance..


"Tu ne devrais pas faire cela. Tu t'arroges le droit que tu reproches à celles qui t'ont ramené, si tu réussis."

"Je le sais. Mais je le dois.. pour que la forêt puisse protéger ce monde.."


"Et si tu y laisses ton âme, déjà ô combien malmenée ?"

"Alors vous serez gardiens de cette enveloppe, tandis que ma conscience s'étiolera dans l'Ether, entraînant mes soucis avec.."






Le félin baissa la tête et ferma les yeux, ne laissant pour seul fond sonore que le crépitement de la cheminée..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lantre.exprimetoi.net
Narrateur

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Limbes

MessageSujet: Re: Les Sentiers du Salut..   Lun 27 Fév - 21:22

Fleuve des âmes..






Jadis silencieux et paisible torrent d'âmes guidées et cheminant dans l'après-vie, le fleuve des âmes était devenu un champ de bataille. Comme si même après la mort, la cruelle réalité de la guerre des plans s'imposait inéluctablement, ôtant par la même tout espoir de salut et de quiétude. Les âmes Telarienne, étaient devenues le gibier du Dévoreur même par delà la mort, pour servir la Mort elle-même... Alors les séïdes de la Cours Eternelle puisèrent dans le fleuve afin d'assouvir leur soif inextinguible, et les âmes hurlèrent de douleur et de frayeur en sentant la caresse du Dévoreur sur leur essence. Et leurs cris effroyables et leurs lamentations qui emplissent désormais cet endroit en un déchirant crescendo parvinrent même jusqu'aux songes de quelques prêtres et d'Élus avec un message et une signification des plus claire : Regulos risquait de lever une armée inépuisable d'âme damnées, privées de leur repos éternel.


Nombreux furent les expéditions menées par les Élus, gardiens ou renégats dans le but d'entamer les positions de l'ennemi tout au long du fleuve afin de contrecarrer ses plans. Ou du moins les ralentir autant que possible. L’Élu autrefois fermier avait accompagné une de ces expéditions menées par sa compagne. S'il lui paraissait vital de stopper ou à défaut de ralentir cette menace, son sang bouillonnait de rage dès qu'il avait à affronter les engeances de Regulos. Ce dernier lui avait tant pris. Et chaque rencontre avec une faille ou une légion de ses agents alimentait la rage sourde qui couvait en lui depuis son retour. Cependant, cette fois-ci c'était différent, il y avait autre chose de plus sournois dissimulé à l'intérieur de cette colère. Il lui fallut un certains temps pour comprendre l'horrible sensation qui sommeillait en lui dès qu'il avait foulé le Fleuve...


Une terreur viscérale lui vrillait les tripes. Quand il réalisa quelles horreurs les enfants de Regulos commettaient auprès des âmes des défunts, il fut saisi d'angoisse par rapport à ceux qu'ils pensaient en sécurité. Ses enfants...
La simple idée que le Dévoreur s'en prenne à ces âmes innocentes le ravagea au point qu'il tituba légèrement, inquiétant sa compagne qui marchait à ses côtés. De plus, comme si un malheurs n'arrivait jamais seul, il sentit en parallèle un brouhaha dans son esprit, comme une foule impatiente qui trépignait devant une porte obstinément close. La silhouette éthérée de son familier apparut fugacement puis s'évanouit dans un torrent de migraines.

"Libère nous."

Le Fleuve appelait ses hôtes. Et ceux-ci se languissait depuis bien des années de retrouver les confortables méandres de la rivière de la mort. Il dut lutter pour garder le contrôle de son être et de ses pensées. Si d'aventure il avait foulé ce lieu avant de ramener Moyha des limbes et sans avoir renoué avec l'Espoir et l'Amour il était à parier que tout son être aurait été englouti dans ces eaux calmes, entraîné par la débâcle des âmes prisonnières.

"Libère nous. Libère nous. Libère nos âmes ! Libère nous ! Libère n.."

Au prix d'un effort de concentration important qui handicapa grandement ses compétences martiales, il parvînt à étouffer cette rengaine de plus en plus impérieuse qui sans cesse martelait le fond de ses pensées. Ajouté à cela l'angoisse d'ignorer ce qu'il était advenu ou non de l'âme de ses enfants, l'Elu fut rudement éprouvé par cette mission et fut profondément soulagé lorsqu'elle prit fin.
Mais ses tourments n'étaient pas finis, bien au contraire. Car à l'inquiétude naturel d'un père pour ses enfants, la culpabilité et le remord le tourmentaient d'avantage quand à la libération de ses hôtes... Lui le premier s'était révolté contre les Veilleurs et leurs Messagères quand on l'avait ramené et privé du repos au long du Fleuve. Et qu'avait-il fait ? Il leur avait infligé la même chose, ni plus, ni moins..

Alors de honte il versa bien des larmes, tant pour ses compagnons d'infortune qu'il avait damnés que pour ses enfants pour qui il ne trouva pas la force de prier des Dieux qu'il méprisait..
Au fond de lui il savait que son choix était arrêté, qu'il se devait par loyauté de rendre leur liberté et leur repos à ses hôtes. Le prix à payer serait lourd, car il perdrait sûrement une grande partie de sa puissance et donc sa capacité à protéger ceux qui lui sont chers. Et surtout il perdrait ce don à double tranchant qui lui avait permis de retrouver Moyha jadis. Et sans ce don, comment retrouver ses enfants dans toute cette étendue pour s'assurer de leur salut ..?

"Avec ta permission, je souhaiterai rester encore un peu pour t'épauler."

Il leva les yeux pour croiser le regard du félin couché devant lui.

"Je suis Jarod Thane, et jadis j'étais Paladin..."

Il reconnut cette âme ancienne, discrète et peu enclin à l'épauler par le passé, depuis qu'il avait dirigé toute sa colère contre les Veilleurs. Longtemps elle était restée sourde à ses sollicitations, mais à présent elle était venue d'elle même, impérieuse et autoritaire pour s'adresser à lui au nom de toutes les autres.

"Merci.."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lantre.exprimetoi.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Sentiers du Salut..   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Sentiers du Salut..
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Port-Salut, un vent d’espoir souffle
» salut aux vrais chevaliers !!!!!!!!!!!!!!!
» salut c yassine
» salut c'est gael
» Ceux qui vont mourrir te salut....Salut Jule!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Bataille d'Urfa :: Les anciennes prophéties :: Les sentiers du Salut..-
Sauter vers: